Compte rendu de la Journée de rentrée : Saisir les biographies par la bande – Nov. 2022 – Partie 2

Cette journée d’études marque la rentrée de l’axe 2 du laboratoire IRIS : biographies, trajectoires, parcours, premier évènement depuis la formulation de nouveaux objectifs pour cet axe. C’est l’occasion de changer de focale pour saisir les biographies « par la bande ». Ce compte-rendu a été réalisé par Pierre Perroton et Constance Perrin-Joly, il a été relu par les autrices et reprend dans cette seconde partie les échanges de l’après-midi du 17 novembre 2022.

Morgann Pernot « Les mille vies de « Tora Bora ». Retracer ensemble les histoires d’une maison, d’une famille, d’un quartier, d’une communauté et de deux pays. »

Morgann Pernot réalise sa thèse sur les Yéménites de Djibouti, et propose de se concentrer pour cette communication sur une maison, dans le cadre de Djibouti.
C’est un lieu que beaucoup d’habitant.es connaissent, lieu de refuge notamment pour certains marginaux. La maison a une figure maternelle, de protection. Morgann Pernot se propose d’entremêler les histoires de vies à travers cette maison. 
Elle note toute d’abord que cette maison est perçue et présentée comme un individu. Elle a été construite par trois frères, yéménites installés à Djibouti. Au début le rez-de-chaussée accueillait une boutique, le père meurt au moment de l’indépendance de Djibouti. Les descendants construisent et agrandissent la maison. 
Elle devient un lieu de rencontre entre diverses spatialités : Plusieurs personnes y meurent, y travaillent sous l’œil vigilant de la maîtresse de la maison, Aïcha, qui y habite également et gère les conflits du quotidien. La maison de par son caractère labyrinthique et ses chambres à bon marché, abrite des activités de prostitution ou sert de cachette pour des criminels. 
Elle se retrouve au centre d’un conflit d’héritage car la maison génère de l’argent par les locations de chambres, avec des montages complexe pour s’en accaparer la propriété : un procès fleuve éclate entre les différents descendants, procès qui dure 30 ans. Les ressources de la famille sont fortement mobilisées par ces procès. Ces procès sont l’occasion pour les membres de la famille d’obtenir de nouvelles connaissances (pratique du français, droit foncier). 
La maison subit de nombreuses modifications. Nabil la reconstruit au moment de la mort de son grand-père en 1992, anticipant les injonctions à venir des services de l’urbanisme de Djibouti. La dernière reconstruction date de 2020. Les conflits portent également sur les projets entre ceux qui défendent sa rénovation, son remplacement ou son agrandissement. L’agrandissement permet de répondre aux normes yéménites de la réussite sociale.
Morgann Pernot conclut pour souligner que d’autres maisons de cette famille pourraient faire l’objet d’une telle étude. Les conflits fonciers et l’appropriation des terres du fait de l’absence de cadastre au Yémen sont légions.

Discussion

Les participants ont notamment interrogé Morgann Pernot sur la place d’Aïcha dans cette configuration familiale. Comment Aicha incarne la propriété de la maison ? Comment se considère elle-même ? comment les autres considèrent qu’elle lui appartient ? 
Aïcha non seulement incarne la maison, mais elle se l’approprie, c’est elle qui décide par exemple de la décoration d’intérieur. Cf : Daniel Miller, 2001, Home Possessions, Material Culture Behind Closed Doors
La maison se révèle un outil d’analyse de la famille.

Anna Pomaro « Devenir machi, un parcours d’apprentissages. Saisir les changements des processus de catégorisation ethnique par le récit biographique (Chili, 1940-2015) »

Ce travail présenté par Anna Pomaro est centré sur le parcours d’une personne mis en parallèle avec l’histoire politique du Chili. Il s’agit du parcours d’un homme Don Miguel, 83 ans, Mapuche. Il vit à Santiago du Chili. La relation avec lui s’est construite au fil des terrains, depuis 2009.
C’est un machi, une figure de guérisseur qui tous les mercredis reçoit des patients en médecine traditionnelle. 
Pourquoi recueillir un récit biographique. Qu’est-ce que cela construit ?

Les raisons du recueil de la biographie. 

Cette biographie tient à la relation d’enquête particulière nouée avec cet enquêté. Il exerce dans l’association étudiée par Anna Pomaro. C’est une figure qui se détache, à part. Il possède un savoir indiscutable. Anna Pomaro relate son inconfort face à l’admiration qu’il provoque et à cette injonction qu’elle ressent à aller vers lui.
Sa formation de machi valide son autorité traditionnelle. Anna Pomaro décide d’aller au-delà d’une lecture prédéterminée à laquelle invitent ces éléments. Elle exprime le besoin de trouver une entrée différente sur son parcours, plutôt que de l’appréhender seulement comme une autorité spirituelle en devenir,  pour reconstruire ses différentes inscriptions sociales. Don Miguel, de son côté, accepte de se livrer car il prévoyait d’écrire sa biographie. 
Lors de leur première rencontre, il lui sert la main en fredonnant une chanson italienne en apprenant que l’étudiante est italienne. Il raconte qu’il a essayé de fuir l’appel à devenir Machi, ressenti dès son enfance par des rêves et des visions.

Prototype d’un indien modèle

L’objectif de cette biographie : l’utiliser comme un étalon, pour montrer ce qui est la norme et ce qui est exceptionnel à la fois. Miguel n’est pas un cas unique mais une variation possible.
S’il est reconnu aujourd’hui comme une figure garante des savoirs traditionnels, son parcours ne peut pas se résumer à une continuité culturelle sans rupture, ni continuité avec les modes de vie mapuche. En effet, depuis son enfance, il a circulé au sein d’espaces et institutions assimilatrices ou destinées aux chiliens instruits (école missionnaire, lycée, milieu professionnel qualifié), en réalisant un parcours d’ascension sociale très rare pour un Mapuche de son époque.  
A l’âge de 14 ans il rentre dans une mission religieuse et quitte sa communauté. Il se décrit comme un enfant très curieux. Il obtient un diplôme et parle espagnol.  Diplôme de comptable en poche il a pour ambition de partir dans une grande ville. Il illustre une variation singulière, par opposition aux autres Mapuche qui partent en ville en étant pas ou peu qualifiés. 
Il devient le prototype de l’indien modèle, conforme aux mœurs dominantes sans renier sa culture. Alors qu’il est atteint d’une grave maladie, il en conclut qu’il s’agit d’un dernier appel à devenir Machi (il a ignoré les ‘signes’ précédents), il commence à recevoir ses premiers patients. Ce récit de vie défie les représentations dominantes dans les années 1960-1970 du monde mapuche comme des indigènes ruraux et marginalisés.
L’entrée par la biographie permet d’analyser les variations des régimes nationaux d’altérité (Paula López Caballero et Christophe Giudicelli, Rennes, PUR, 2016), entendus comme les critères dominants de définition de l’altérité autochtone à différentes périodes.



Citer ce billet
constanceperrinjoly (2023, 6 janvier). Compte rendu de la Journée de rentrée : Saisir les biographies par la bande – Nov. 2022 – Partie 2. Foisonnement biographique. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ope7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search