Les âges de l’émancipation – Compte-rendu Panel 1

Journée de lancement du réseau APaSuN à Ouagadougou – Janvier 2023

Cette journée de lancement du réseau s’est proposé d’analyser les parcours et les passages d’âge en interrogeant leurs variations selon le genre. Elle s’est notamment attelé à questionner la notion d’émancipation des femmes (Gomez-Perez, 2018), à l’aune des parcours et des rapports homme/femme selon les contextes locaux, les politiques sociales et familiales. L’émancipation a été croisée avec la notion d’autonomie souvent associée à l’âge adulte. Qu’est-ce qu’être une femme adulte ? Comment cette conception varie selon les modèles familiaux, le poids du temps domestique et la division sexuée du travail, l’appartenance sociale et les ressources dont les femmes disposent. Parallèlement, comment la notion d’homme adulte est-elle travaillée par des contextes politiques et culturels différents ?

Les passages d’âges peuvent aussi donner l’occasion de remettre en cause ou de réactiver les inégalités genrées (Burnay & Vendramin, 2017; Legrand & Voléry, 2012, Destremau, 2021). Ainsi, on se demandera quels sont les marqueurs de la jeunesse ou de la vieillesse selon les contextes étudiés et ce que l’entrée dans ces âges change dans les rapports sociaux selon qu’on est un homme ou une femme. Penser le genre dans les parcours a permis en retour de questionner la recomposition des trajectoires masculines comme féminines face à la redéfinition (qui prend des formes diverses selon les pays) des positions traditionnellement assignées aux deux sexes.

Panel 1: S’émanciper en famille

Anne Attané, janvier 2023

Anna Attané, anthropologue à l’IRD (LPED), accueillie à Ouagadougou au sein du laboratoire du GRIL à l’Université Ki-Zerbo et à l’IPD/AOS, a présenté une méthodologie originale celle des constellations familiales. Elle vise à rendre compte sur quatre à cinq générations des relations pratiques de parenté (Weber, 2013). Cette méthode lui permet, à partir de recherche menées en zones rurales comme urbaines au Bénin, Togo, Sénégal et Burkina Faso, de retracer l’histoire des relations familiales  et des recompositions des liens de parenté. Les données recueillies donnent à voir les solidarités effectives qui se nouent entre les membres d’une même famille, au-delà de la représentation classique d’une solidarité familiale sans faille en Afrique de l’Ouest, représentation qui tend à occulter la nécessité d’une aide sociale publique. Anne Attané montre que les acteurs et les actrices peuvent mobiliser différents atouts relationnels, même si la monétarisation prend de plus en plus de place dans les dynamiques des relations de genre, d’âges et de générations. Plus généralement, elle affirme que les relations de parenté servent de matrice aux relations sociales ouest-africaines, elles donnent le ‘la’ des possibles à l’extérieur de la famille. Elle montre enfin l’interdépendance des relations entre les sexes, les âges et les générations. La dimension sexuée de la vie sociale s’observe alors dans les modalités de relations (être mère, tante, fille…) plutôt que dans des attributs identitaires individuels. Mais ce n’est pas seulement la place dans la parenté qui détermine la solidarité, mais bien les actions passées qui conditionnent les formes de solidarité future. En conséquence, l’émancipation dans la famille n’est pas une donnée figée mais soumise à une histoire.

Virginie Vinel, socio-anthropologue, professeure à l’Université de Franche-Comté (France) s’est pour sa part concentrée sur la construction des passages d’âges via les discours adultes et professionnels qui les entourent et l’expérience que les individus en ont, en France contemporaine. Les passages d’âge sont pris dans différents rapports sociaux dont le genre, rapports sociaux qui imposent des normes spécifiques à chacun d’entre eux. Comment les individus négocient-ils ces normes interactionnelles ?

Elle s’est en particulier intéressée, avec sa collègue Nicoletta Diasio, aux passages d’âge peu ritualisés notamment les « micro passages » entre l’enfance et l’adolescence, marqués par des éléments culturels, corporels…etc. Dans la perspective des Childhood studies, il s’agit de considérer les enfants et  adolescent.e.s comme des acteurs sociaux à part entière. Ces micro-passages sont pour eux et elles des « moments denses » par exemple la pré-adolescence entre 9 et 13 ans. La famille est, souvent, un relai des normes d’âge et de genre. Certaines figures de jeunes filles sont discréditées, celles qui transgressent ces normes et « brûlent les étapes », tant dans les discours des adultes que des adolescent.e.s.

Virginie Vinel a également questionné l’entrée dans l’âge adulte pour les porteur.ses d’une maladie chronique (recherche PASMAC LaSA/UMR LINX). Elle nous rappelle que l’idée d’une synchronisation des étapes propres à l’âge adulte (insertion professionnelle, décohabitation parentale, mise en couple…etc.), idée longtemps prégnante dans la sociologie occidentale de la jeunesse, n’est pas attestée historiquement. De plus, le corps est rarement pris en compte dans l’analyse de ce passage. Pourtant, pour des diabétiques, gérer son corps est essentiel. Ils décrivent parfois une situation d’entre-deux, quand ils et elles ne se sentent pas encore adultes. Pour les professionnel.le.s de santé qui les accompagnent, leurs patient.es sont adultes dès qu’ils et elles sont en mesure de se passer de leurs parents. Parfois c’est la petite amie qui se substitue alors à l’accompagnement parental, le plus souvent maternel.

Virginie Vinel termine sa présentation sur une question : comment travailler ensemble tous les âges de la vie alors que l’approche par les récits de vie permet peu de saisir ces micro-passages ? Quelles méthodes pouvons-nous envisager ?

Amina Said Chiré, enseignante-chercheure à l’Université de Djibouti et chercheuse à l’IRICA, propose un panorama de la situation des femmes à Djibouti. Jusqu’au XIXème siècle, les femmes ont été majoritairement soumises à leur famille, sous l’autorité d’un patriarche, dans une société exclusivement nomade. La division du travail selon le sexe était stricte, fondée sur une socialisation différenciée. Aux femmes, les soins familiaux et domestiques, et l’éducation des filles. Aux hommes, les activités guerrières, très valorisées dans cette organisation sociale. Les droits des hommes et des femmes étaient également différents, le prix du sang d’une femme valait la moitié de celui d’un homme.

La colonisation française de Djibouti à partir de 1862 introduit de nouvelles normes sociales sur le territoire. Se développe également un mode de vie urbain qui entraîne lui aussi des changements sociaux. Dans les années 1920, les djiboutiennes, citadines de classe populaire, travaillent sur les marchés, comme domestiques ou porteuses d’eau. Djibouti accède à l’indépendance en 1977.

Au tournant du XXème au XXIème siècle, La République de Djibouti est un territoire urbain à 80% et 60% de la population réside dans la capitale. Les familles nucléaires prennent le pas et la ville affranchit davantage les femmes qu’en zone rurale où le droit coutumier continue de s’appliquer. Avec l’augmentation du niveau d’instruction, l’emploi féminin se développe au cours des années 1990. Enfin plus récemment encore, une politique volontariste encouragée par les Nations-Unis et le gouvernement se développe en faveur de l’émancipation des femmes.

Pourtant Amina Said Chiré note que les hommes ont repris d’une main ce qu’ils ont donné de l’autre. D’une part les femmes de l’élite qui sont présentes dans les instances politiques sont utilisées pour porter des politiques que soutiennent les hommes de leur clan. D’autre part, les femmes finissent par se sentir redevables de droits qu’on leur a octroyés sans qu’elles ne se soient battues pour les obtenir.

Discussion

Différents sujets ont donné lieu à des discussions avec la salle :

Tout d’abord, un constat, celui que l’émancipation est un processus : on s’émancipe d’une contrainte mais au risque parfois de tomber dans une autre forme de soumission.

Les participant.es ont proposé également de braquer les projecteurs à l’autre bout de la vie : quelles formes d’émancipation en famille permettrait à l’orée de la vieillesse ? Quelles en seraient les marqueurs : la ménopause (fin de la contrainte de la fécondité), le départ des enfants, le veuvage… ?

Enfin il a été noté que les passages redistribuent partiellement les rapports sociaux : obtenir une résidence séparée de la grande famille permet à une épouse de s’émanciper, de ne plus être sous le regard de sa belle-mère, là où le mariage donne un statut à l’homme, une place dans la famille que n’aura pas celui qui reste célibataire.

Durant cet échange nourri, Anne Attané est revenue sur sa méthode des constellations familiales. Elle s’intéresse à la fois à la densité et à la qualité relationnelle (combien chaque personne a de relations, de quelle nature…). Soucieuse de rendre compte des transformations des relations entre les aîné.e.s et les cadet.te.s parallèlement à celles de genre tout au long du XXe siècle, elles s’est proposée de les appréhender au travers des transformations des cérémonies familiales de naissance, mariage et funérailles tant en milieu catholique, animiste que musulman. Elle confrontait le récit que les acteurs et les actrices faisaient de ces cérémonies avec les récits ethnographiques classiques qui en détaillaient les étapes théoriques, elle s’intéressait ainsi à la particularité de ces pratiques sociales.

La monétarisation, sur laquelle elle a été interrogée, n’est pas toujours synonyme de moindre solidarité mais bien d’un changement dans sa forme. La participation au cercle de réciprocité diffère, par exemple les femmes qui ont réussi financièrement vont davantage aider leurs frères et sœurs puînés.

Virginie Vinel a mis l’accent sur la notion de réversibilité : les passages ne sont pas linéaires, les individus peuvent souhaiter revenir en arrière, certains évènements donnent de fait le sentiment de rajeunir.

Elle a également alerté sur l’appréciation biologique des passages : la ménopause ne signifie pas arrêter de faire des enfants. Souvent, se produit en amont une ménopause sociale, quand on se retire volontairement de la procréation. De même la diminution des forces avec l’avancée en âge est un processus subjectif, elle est souvent soulignée par la génération sandwich qui doit à la fois prendre soin de ses enfants et de ses parents âgés.



Citer ce billet
constanceperrinjoly (2023, 26 avril). Les âges de l’émancipation – Compte-rendu Panel 1. Foisonnement biographique. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ope9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search