Les âges de l’émancipation – Compte Rendu – Panel 2

journée de lancement du réseau APaSuN à Ouagadougou – Janvier 2023

S’émanciper à l’âge adulte ?

Amina Nouh, enseignante-chercheure à l’Université de Djibouti et chercheuse à l’IRICA a présenté ses travaux sur l’insertion professionnelle des jeunes diplômés à Djibouti. Dans les années 1970 et 1980, les jeunes diplômés bénéficient d’une insertion professionnelle rapide car ils viennent remplacer les cadres français. Dans les années 1990 et 2000, le développement des lycées et des universités favorise l’augmentation des diplômés alors que le marché de l’emploi est encore dynamique. Jusqu’en 2020, ce sont aussi les universités privées et publiques qui se multiplient. C’est à cette période que le marché de l’emploi se sature, la demande de travail diminue alors que l’offre de travailleurs augmente. La période est aussi marquée par le développement de dispositifs d’accompagnement des jeunes. Un programme est monté pour faciliter l’entrepreneuriat, les universités développent des formations professionnalisantes. Néanmoins, peu de données sont disponibles pour évaluer leur efficacité et le taux d’insertion des jeunes.

Jusqu’à présent, la réussite était de trouver un emploi dans le secteur formel. Or, de plus en plus, les opportunités sont dans le secteur informel. Ce dernier était jusqu’alors vu comme réservé aux travailleurs non qualifiés, aux migrants et aux étrangers. Les aspirations des jeunes ont donc évolué pour se tourner vers les activités informelles.

Veronika Kushtanina, sociologue, maître de conférences à l’Université de Franche-Comté (France) a pour sa part orienté la réflexion sur la définition de l’âge adulte dans le contexte français. Il s’agit pour elle, à partir d’une enquête par questionnaire, de déconstruire cette catégorie à partir des discours de ceux et celles qui sont perçu.e.s comme adultes. Toute la difficulté de l’enquête fondée sur des questions ouvertes est de recatégoriser les réponses : 64% des répondant.e.s mettent en avant la responsabilité associée à l’âge adulte, et 37% l’autonomie et l’indépendance. Peu de marqueurs institutionnels sont mobilisés pour se définir et une minorité fait référence à ce que Veronika Kushtanina qualifie de discours thérapeutique. S’il y a peu de différences entre les hommes et les femmes, ces dernières tendent à associer différentes caractéristiques à la définition d’adulte.

Blandine Destremau, chercheuse à l’IRIS (CNRS, France) a partagé les constats qu’elle fait sur son terrain cubain. Elle s’est demandé comment on devient adulte en tant que fils ou fille d’une personne âgée et vieillissante, dans un cadre de cohabitation intergénérationnelle. Dans le ménage cohabitant le care (soin aux autres) circule d’une génération à l’autre. La logique de réciprocité repose sur l’interdépendance des membres du ménage et, au-delà, de ménages vivant à proximité ou apparentés. L’âge adulte est avant tout une position dans l’ordre générationnel et se traduit par des responsabilités accrues à l’égard de ses ascendants et descendants, dans une tension entre autonomie et dépendance. À l’inverse, l’homme ou la femme adulte engagé dans une activité professionnelle a besoin de proches pour satisfaire aux besoins reproductifs et productifs du ménage. Non seulement le care, mais également la gestion de la vie quotidienne, l’approvisionnement, les démarches administratives et la résolution de problèmes et d’incertitudes quotidiennes exigent une division sexuelle et générationnelle du travail.  Care et logement sont donc étroitement liés, et prendre soin d’une vieille personne pendant des années, sans autre aide que celle, volontaire, d’autres proches, est couramment gratifié par l’héritage du logement dans lequel la prise en soin a eu lieu.  Dans ce contexte, l’autonomie des adultes repose sur les termes de l’interdépendance, et n’est jamais définitive, tant elle peut basculer vers la prise en soin, au prix souvent d’une démission professionnelle. Dans ce contexte également, l’émancipation des femmes dans laquelle la révolution cubaine s’est engagée butte sur leur retour à des engagements domestiques, familiaux et moraux lorsque les besoins d’un proche âgé l’exige. Alors que les flux migratoires réduisent les effectifs adultes et font peser encore plus lourd le poids de ces interdépendances sur les adultes qui restent, les politiques publiques sont appelées à réguler l’offre marchande de care émergente et concevoir une politique de care socialisée et co-responsable.

Discussion

A nouveau une discussion animée a suivi les présentations. Les participant.e.s ont abordé les limites de la solidarité familiale : certain.e.s ont souligné par exemple qu’il reste mal vu au Burkina Faso de confier un.e parent.e âgé.e dans un centre spécialisé. La question des normes morales associées aux exigences de solidarité sont par ailleurs culturellement situées. Par exemple, au Burkina Faso, l’arrivée des déplacé.e.s internes en ville a participé à saturer le marché du travail local, alors que les familles sont déjà exsangues. Dans les milieux populaires, les enfants sont mobilisés afin de participer au recueil des ressources financières qui vont permettre d’assurer une partie de leur repas. Dans la plupart des familles populaires seul un repas par jour est préparé, invitant ainsi les enfants, dès qu’ils ont atteint 8 à 10 ans, à se procurer des ressources nécessaires à l’achat de leur déjeuner grâce au commerce ambulant. Cette pratique n’est pas interprétée comme un abandon (par opposition à l’exemple des personnes âgées confiées à une institution), il s’agit plutôt d’une responsabilisation des enfants via leur participation effective à l’économie domestique, créant ainsi les conditions de son émancipation.

Amina Nouh a précisé certains aspects du marché du travail des jeunes à Djibouti. Auparavant, les ministres avaient l’obligation morale de recruter leur famille, mais cette logique a perdu du terrain. Le recrutement repose davantage sur une logique d’échange de services que sur une logique de solidarité familiale stricte. C’est celui qui a quelque chose à offrir qui pourra se voir offrir quelque chose en retour. Si les annonces d’embauche se multiplient, ce sont des leurres, les postes sont dans les faits déjà pourvus. Concernant le petit entrepreneuriat, peu d’évaluation est faite des résultats des programmes. On ne sait pas si les entreprises créées sont durables. Enfin, Amina Said Chiré note que les aspirations des étudiant.e.s il y a 10 ou 20 ans étaient d’entrer dans la fonction publique. Aujourd’hui c’est un travail par défaut car faiblement rémunéré.

Veronika Kushtanina a pour sa part réagi à la discussion même de la catégorie d’âge adulte. Des remarques des participant.e.s notaient en effet que l’âge adulte semblait être une catégorie mouvante, qu’on n’était jamais complètement adulte mais plutôt en devenir, que l’idée de responsabilité était caractéristique de notre époque marquée par une forte individuation et d’un discours néolibéral prégnant. Veronika Kushtanina estime que l’âge adulte serait une injonction à être responsable. Elle note également que les femmes tendent à souligner l’irresponsabilité ou l’immaturité des hommes adultes, peut-être indiquant là leur liberté plus grande à ne pas se soumettre à l’obligation d’être responsable. Elle ajoute que peu de personnes citent le vieillissement de leur propres parents comme un marqueur de l’âge adulte.

Blandine Destremau est revenue sur la spécificité de Cuba : Les établissement résidentiels pour personnes âgées sont peu nombreux, et représentent une solution résiduelle en cas d’absence de famille. La majorité des Cubains et Cubaines vieillit à la maison, et très peu bénéficient d’une aide à domicile privée ou rémunérée par l’État, qui ne satisfait qu’une partie des besoins des personnes dépendantes.  Elle rappelle également qu’à Cuba on attend des filles qu’elles prennent en charge leur propre mère, alors que l’instabilité matrimoniale rend incertaine la contribution des belles-filles aux soins des parents de leur époux. Le care circule donc au sein de lignées intergénérationnelles souvent matrifocales. Enfin elle a réagi sur l’injonction à devenir adulte : cette injonction est d’autant plus performative qu’elle est associée à des normes et attentes morales, et à des responsabilités auxquelles il est difficile d’échapper. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
constanceperrinjoly (26 avril 2023). Les âges de l’émancipation – Compte Rendu – Panel 2. Foisonnement biographique. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/opea


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search