Les âges de l’émancipation – Compte Rendu – Panel 3

journée de lancement du réseau APaSuN à Ouagadougou – Janvier 2023

Les intervenant.es du Panel 3

S’émanciper au travail

Alizèta Ouédraogo, Janvier 2023

Alizèta Ouédraogo, anthropologue, chercheuse associée à l’IFSRA, a présenté ses recherches sur les unions et désunions sur les sites aurifères du Sud-Ouest du Burkina Faso, tout en mettant l’accent sur les femmes orpailleuses. La ruée vers l’or a entraîné une monétarisation de la vie sociale et des échanges au sein des sites et des villages environnants. Les sites aurifères deviennent ainsi des espaces d’entreprises, des cadres de vie, des espaces majoritairement peuplés de migrant.e.s en quête d’un bien-être et des espaces d’interactions sociales occasionnant des unions amicales, conjugales, sexuelles et prémaritales. Cette situation impacte les relations amoureuses avec le développement d’une « sexualité transactionnelle » et des relations par intérêts. Par ailleurs, les femmes constituent un maillon central dans la chaine opératoire de l’or, en tant qu’actrices/entrepreneuses de cette chaine, en tant qu’épouses et mères. En effet, dans la chaîne opératoire de l’or, les femmes assurent la gestion des hangars de traitement du minerai où elles y travaillent en tant que propriétaires ou souvent avec leur conjoint, lui-même orpailleur. Elles bénéficient des résidus ou « boues » issues du traitement du minerai par le mercure sur les sluice boxes. C’est l’un des arrangements entre elles et leurs clients détenteurs de minerais. Ces résidus contiennent les plus fines particules d’or, dont seule la technique de cyanuration permet l’extraction. Elles s’enrichissent ainsi de la vente de ces boues. Certaines s’unissent à un conjoint sous la forme de « furu deni » (littéralement « petit mariage » en langue nationale dioula). Ce type de relation se limite au niveau du site et est le plus souvent de courte durée, elle est considéré comme « une lune de miel » sans aucun lien civil, religieux ou coutumier. Il s’agit donc d’une mise en couple temporaire où les familles des conjoints ne se rencontrent pas. Pour contourner leur statut de femmes, certaines lient des amitiés ou contractent ces unions pour s’assurer la protection d’hommes influents. On parle aussi de « shadow husband » (maris fantômes).

La recherche de gain qui favorise la migration des hommes et des femmes vers les sites aurifères tend à avoir des répercussions négatives sur la vie familiale des orpailleur.se.s : effritement et la dislocation de la cellule familiale, difficultés liées à l’éducation des enfants, infidélité, polygamie et ruptures d’unions (divorces/séparations). Les causes de désunions sont multiples : fausses promesses, multi-partenariat, abus de confiance, escroqueries et tromperies des conjoints, besoin d’argent… Aussi, la recherche de la clientèle amène souvent des femmes à entretenir des relations sexuelles avec des hommes, dans le but d’assurer la pérennité de leurs activités économiques. De ces relations naissent des grossesses voulues ou non voulues qui auront des répercussions sur leur prise en charge, sur les accouchements et les futurs enfants.

Constance Perrin-Joly, Janvier 2023

Constance Perrin-Joly, sociologue, directrice de l’IFSRA, chercheuse à l’IRIS et chercheuse associée au CFEE, a présenté un autre cas de figure : celui des hommes et femmes salarié.e.s de l’industrie en Ethiopie. Elle a rappelé le contexte du développement de l’industrie en Ethiopie, qui repose sur des politiques publiques volontaristes. Elle a notamment souligné que cette industrie consiste dans des activités d’exportation à destination du marché mondial. Si les parcs industriels comme celui étudié dans le sud du pays symbolisent la réussite économique et peuvent attirer des salarié.e.s, le turn-over y est fort, tout comme dans les plantations de roses, signe que le salariat n’est qu’une étape dans le parcours professionnel des travailleur.se.s éthiopien.ne.s. La faiblesse des salaires est à rapporter à l’absence de protection sociale étatique, l’important coût de la solidarité familiale et communautaire mais aussi du logement dans les villes qui attirent ces travailleur.se.s de la campagne.

A partir de trois parcours de femmes, Constance Perrin-Joly a souligné que le salariat peut être facteur d’émancipation pour une minorité de femmes, selon notamment leur âge et leur niveau de qualification. Les femmes plus jeunes et plus qualifiées peuvent y trouver le moyen d’acquérir un capital économique suffisant pour monter une entreprise. Parfois, c’est aussi une manière d’échapper temporairement aux contraintes familiales. Les moins qualifiées doivent élaborer des projets plus longs et plus sinueux, passant notamment par la migration comme domestique dans les pays du Golfe, migration dont les bénéfices sont très aléatoires. Certaines femmes âgées y trouvent des postes « refuge » dans des entreprises qui valorisent leurs compétences de care. Au-delà des conditions même de leurs activités professionnelles, les femmes pâtissent également de leur faible pouvoir de négociation dans la cellule conjugale où leur travail comme leur potentielles aspirations sont invisibilisées.

Issa Niamba et Blandine Destremau, Janvier 2023

Issa Niamba, enseignant-chercheur à l’Université Ki-Zerbo et membre du laboratoire Genre et développement s’est penché sur une autre activité féminine, au Burkina Faso cette fois, celles des serveuses dans les débits de boisson. Son enquête a porté sur les buvettes, maquis et bars qui accueillent essentiellement un public masculin. Ces derniers se sont multipliés dans la capitale du Burkina, passant de 739 dans les années 1990 à presque 4000 au milieu des années 2010. Ces établissements recrutent des femmes de tous âges (de la jeune fille à la femme plus âgée) pour répondre aux aspirations diverses de la clientèle. Ces femmes sont le plus souvent issues de familles pauvres, célibataires ou veuves, et possèdent un faible niveau d’étude. Elles viennent majoritairement de la sous-région (Benin, Côte d’Ivoire, Nigéria, Togo…), ce qui leur permet d’exercer cet emploi généralement dévalorisé, sans que leur famille souffre d’un risque réputationnel. Elles ont parfois quitté leur cellule familiale car elles étaient victimes de violence, ou alors cherchent à échapper au fort contrôle social et religieux dans leur région d’origine. Elles trouvent à Ouagadougou un marché de l’emploi qui peut leur être favorable dans ce secteur. Les femmes ivoiriennes ont ainsi la réputation de savoir séduire et attirer les clients.

En dépit de la stigmatisation de ces activités, Issa Niamba note qu’elles leur permettent une certaine autonomie financière pas seulement du fait du salaire, mais aussi des à-côtés comme les pourboires. Certaines se font par ailleurs entretenir par les clients. Comme elles peuvent envoyer de l’argent à leur famille, leur place sociale dans la famille et dans leur région d’origine évolue favorablement. Néanmoins, elles sont régulièrement victimes de violences basées sur le genre notamment sexuelles, physiques et psychologiques.

Discussion

Différents sujets ont été abordés dans la discussion. Une participante a évoqué en référence à la présentation d’Alizèta Ouédraogo, la pratique du « mariage à la mode du pays » assez similaire au petit mariage, qui existait sous la période coloniale (entre colons et femmes locales).

La discussion a également porté sur le regard sexualisé que les hommes portent sur les serveuses des débits de boisson ouagalais. Une comparaison a été proposée avec les vendeuses de Khat à Djibouti et en Ethiopie dont les attraits sexuels sont partie prenante du processus de vente. Cependant ces dernières sont indépendantes, et la relation de subordination dans laquelle sont prises les serveuses amènent certainement d’autres rapports de pouvoir qu’il conviendrait de creuser. Un numéro spécial de la revue Annales d’Ethiopie sur le Travail regroupe des articles qui font écho à ces débats : sur les vendeuses de khat à Djibouti et en Ethiopie, mais également sur les serveuses à Addis-Abeba, et les salarié.e.s de l’Industrie éthiopienne (Annales d’Ethiopie, 2020-2021, n°33).

Enfin la discussion a porté sur le sexe de l’enquêteur et de l’enquêtrice, en particulier dans des espaces sexualisés que sont les sites aurifères ou les maquis, sur ses conséquences dans l’enquête et pour les chercheurs et chercheuses eux-mêmes.

Table ronde finale : Outils et parcours d’émancipation au Burkina Faso : dialogue d’expertes



Citer ce billet
constanceperrinjoly (2023, 26 avril). Les âges de l’émancipation – Compte Rendu – Panel 3. Foisonnement biographique. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opeb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search