Organiser un colloque comme un espace de formation

Compte rendu du colloque « Les sciences sociales face au foisonnement biographique »

par Juliette Plé

Le colloque « Les sciences sociales face au foisonnement biographique », dont j’ai été co-organisatrice avec les membres du CollectiF.B.1, s’est tenu dans les locaux de l’EHESS (Paris) les 9-10-11 mars 2016. Ce colloque s’inscrivait dans la continuité d’un séminaire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sur l’analyse des données biographiques, organisé par Veronika Duprat-Kushtanina et Constance Perrin-Joly depuis 2013, ainsi que Régis Schlagdenhauffen depuis 2015. Il s’agissait lors de ce séminaire de faire le point sur l’usage des méthodes biographiques (qualitatives ou quantitatives) dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales.
Se donnant pour objectif de mettre au centre de l’attention la méthodologie et l’usage des données biographiques dans la recherche en sciences sociales, le colloque a compté plus de 200 inscrits, 80 communications, 4 séances plénières et 13 ateliers thématiques. Le dialogue disciplinaire, les identités et narrations numériques, ou encore le rapport au terrain sont un exemple des axes traités au sein de ces ateliers ou plénières.

Une démarche pédagogique

Dans la continuité de la réflexion engagée dans d’autres colloques ou journées d’étude, l’un des ateliers de notre colloque revêtait un aspect particulièrement original et constituait un moment spécifique de l’évènement scientifique. Cet atelier – intitulé « Les méthodes biographiques à l’épreuve » – ne regroupait pas ses intervenant.e.s de manière thématique mais s’attachait plutôt à offrir un espace de parole privilégié pour une catégorie de chercheur.e.s souvent peu représentée dans les événements scientifiques : les jeunes chercheur.e.s et plus particulièrement, les masterant.e.s. Plutôt que de disperser les interventions des masterant.e.s en fonction de leur objet ou de leur thématique de recherche, une session dédiée à ces jeunes chercheur.e.s, permettait de leur assurer un suivi et un encadrement particulier et de leur donner la possibilité de s’exprimer dans un espace bienveillant. Il s’agissait d’éviter des remarques parfois inadaptées à leur stade d’avancement dans la recherche et les comparaisons souvent inopportunes avec des chercheur.e.s davantage confirmé.e.s. Le but était de leur permettre de s’essayer (souvent pour la première fois) à l’exercice de la communication en colloque et d’obtenir des retours constructifs sur leur intervention et leur recherche, mais aussi de donner accès aux auditeur.trice.s à des recherches aux sujets novateurs, de les inviter à suivre les travaux de ces étudiant.e.s-chercheur.e.s dans les années à venir.

Ce parti pris concernant cet atelier a été confirmé par le choix d’en confier la présidence et la discussion à deux membres du collectif scientifique et d’organisation. Ex-masterantes, et nouvellement doctorantes, Bérengère Savinel et moi-même avions fréquenté le séminaire d’analyse des données biographiques qui était à l’origine de ce colloque. La proximité des discutant.e.s et des discuté.e.s reproduisait l’organisation classique d’un colloque en sciences sociales et permettait d’échapper au risque d’une relation au mieux professorale (« encadrant.e.s/encadré.e.s ») au pire de domination, cette dernière étant in fine peu propice à l’innovation scientifique. S’assurer de mettre l’ensemble des participant.e.s sur le même plan tout en bénéficiant des retours de la salle, a été jugé comme la meilleure manière d’inciter à échanger autour de pistes émergentes, étonnantes, plutôt que de les abandonner au profit du renforcement de théories déjà existantes et potentiellement dominantes dans le champ scientifique. Un autre effet de ce choix a été de faire également de cet atelier un véritable espace de formation, aussi bien pour les intervenant.e.s-masterant.e.s que pour les discutantes, ainsi familiarisées avec l’exercice de la discussion scientifique et l’accompagnement d’étudiant.e.s.

De jeunes chercheur.e.s questionnant leur posture

Même si les différent.e.s intervenant.e.s de cette session n’ont pas été regroupé.e.s a priori sur la proximité thématique de leurs recherches, leurs communications se sont toutes attardées sur leur expérience personnelle (antérieure et/ou contemporaine à leur recherche) sur le terrain. Les masterant.e.s ont placé au cœur de leurs interventions la question de la réflexivité, de l’engagement du.de la chercheur.e et des avantages/désavantages que constitue la connaissance préalable du terrain de recherche. L’expérience du militantisme et les réseaux de sociabilité amicaux et familiaux antérieurs ont été désignés comme autant de « portes d’entrée » possibles sur le terrain de recherche. Si cette expérience du.de la chercheur.e peut s’avérer particulièrement utile pour entrer sur le terrain et gagner la confiance des enquêté.e.s, il n’en reste pas moins qu’elle est un élément de l’enquête à prendre en compte et à analyser à partie entière.

Si ces réflexions étaient encouragées par l’appel à communication, elles nous semblent témoigner d’un paradoxe concernant l’enseignement en master. D’une part, les étudiant.e.s-chercheur.e.s sont sensibilisé.e.s à la méthode ethnographique réflexive (Weber, Lambenet, 2006) et de manière concomitante ils.elles témoignent aussi de l’importante pénétration de la sociologie interactionniste en France. D’autre part, les étudiant.e.s-chercheur.e.s mais sans doute aussi les chercheur.e.s confirmé.e.s manquent d’espaces dédiés pour partager leurs pratiques et discuter de choix éthiques, les lieux de discussion universitaires favorisant plutôt la présentation de résultats que la recherche en train de se faire.

Transformer son auto-analyse en prisme analytique de sa recherche

En rediscutant les concepts d’objectivité, de neutralité et d’engagement, Gautier Mariage a tenté de montrer que c’est en analysant son propre parcours biographique et ses propres affects que le.la chercheur.e peut parvenir à objectiver sa relation à l’objet et au terrain.

La communication de Cécile Talbot mettait également l’accent sur la ressource précieuse que peut représenter le récit rétrospectif du.de la chercheur.e. C’est son expérience militante sur le terrain investi par la suite qui a permis à la chercheure de tendre vers une objectivation et un enrichissement de ses données empiriques.

C’est la conclusion à laquelle est également arrivée Chara Tsantili, pour qui le recueil des histoires de vie de militantes féministes grecques a été combiné à une analyse de sa propre trajectoire militante et de son point de vue situé, dans le but de fonder son approche méthodologique et théorique.

Marine Gilis nous a expliqué comment ses enquêtées – des femmes membres d’une association de préservation des archives de mouvements lesbiens et féministes – l’ont interpellée sur sa propre trajectoire, tout en adoptant elles-mêmes une posture très réflexive sur leurs expériences militantes et personnelles.

En faisant de leur biographie un matériau d’enquête à confronter à leurs enquêté.e.s, ces auteur.e.s renouvèlent à la fois l’approche biographique et la pratique de l’auto-analyse pour articuler plus densément théorie-méthode-résultats.

Elargir le biographique en l’approchant différemment

Ce qui caractérise également ces travaux de masterant.e.s est la multiplication des sources ou des manières d’approcher le biographique : ils combinent différentes approches rarement associées et tentent d’interroger différemment ce qu’on entend par parcours en en dépassant les bornes traditionnelles ; par identité en s’intéressant aux supports numériques qui favorisent la co-construction du discours sur soi.

Dans sa communication, Paule Uzan s’est intéressée aux « récits de filiation » écrits par des enfants de certaines figures majeures de la gauche des années 50 aux années 80. Elle nous a montré comment ces écrits et la démarche auctoriale de ces écrivains ont pu représenter une forme de prolongement et de valorisation du passé militant et engagé de leurs parents.

Les travaux de VH Ramirez Garcia ne sont pas tant nouveaux parce qu’il était question de nouvelles technologies, mais parce que ces dernières via les blogs, les réseaux sociaux, proposent de nouvelles formes de mise en scène de soi. Il s’agit en particulier ici d’interroger un discours par l’image : comment les utilisateurs parlent-ils d’eux ? Comment se mettent-ils en scène par l’image pour attirer d’autres utilisateurs ? Quel lectorat veulent-ils en effet toucher ? En choisissant une mise en scène numérique de soi fondée sur l’exposition ou la dissimulation de leurs parties génitales sur leurs photos de profil, ces usagers instaurent et installent un cadre d’interactions spécifique avec leurs interlocuteurs.

 

Au vu des communications présentées, ce qui pourrait apparaitre de prime abord comme un biais, un handicap (la connaissance et l’implication antérieure du.de la chercheur.e sur son terrain) se révèle être une véritable ressource, un matériau précieux à analyser et prendre en compte pour enrichir son analyse et sa connaissance du terrain de recherche. Mais ces communications nous auront également donner à voir la recherche en train de se faire, avec ses approches novatrices, ses questionnements et ses tentatives d’analyse.
Cet atelier nous aura permis de constater à quel point les questions de point de vue situé, de réflexivité et d’engagement du.de la chercheur.e restent au centre des analyses et des recherches menées actuellement par les jeunes chercheur.e.s en sciences sociales.


1 Le travail d’organisation a été le fruit d’une collaboration collective et nous souhaitons par l’usage d’un nom collectif rendre justice à la participation de chacun.e et souligner un résultat qui dépasse la somme des travaux individuels. CollectiF.B. désigne donc : Emeline Dion, Veronika Duprat-Kushtanina, Elsa Lagier, Elise Pape, Constance Perrin-Joly, Juliette Plé, Pierrine Robin, Bérengère Savinel et Régis Schlagdenhauffen.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search