Appel à communications > Travailler les âges en professionnel.le : accompagnement et catégorisation

Journées d’études inter-RT 7 et 25
Campus Condorcet, 93 400 Aubervilliers – L’évènement se tiendra en présentiel si les mesures sanitaires le permettent ou en distanciel dans le cas contraire.
Le 19 janvier 2021

Au cours des dernières décennies, la sociologie francophone des âges s’est concentrée sur les passages d’âge (Diasio, Vinel, 2017 ; Galland, 2011 ; Mauger, 2015) et leur encadrement par les politiques publiques (Guillemard, 2010 ; Lima, 2016). Même si de plus en plus de chercheur.se.s appellent à construire une sociologie transversale des âges de la vie (Chamahian, Lefrançois, 2012 ; Van de Velde, 2015), la sociologie de l’âge n’en reste pas moins très segmentée par catégorie (Van de Velde, 2015) : sociologie de l’enfance (Sirota, 2006), de la pré-adolescence (Diasio, Vinel, 2017), de la jeunesse (Galland, 1990, Mauger, 2010), du vieillissement (Hummel, Mallon, Caradec, 2014). Les recherches sont aussi bien souvent cloisonnées de par leur thématique, amenant les chercheur.se.s à travailler sur un groupe d’âge spécifique : c’est le cas de la socialisation (Pagis, Lignier, 2017) ou de l’école (Delalande, 2001). La sociologie du travail quant à elle a produit un champ abondant de recherche sur l’âge au travail interrogeant l’entrée dans la carrière (par exemple : Mignot, Perrin-Joly, Sarfati, Vezinat, 2014) jusqu’aux aléas de sa fin (entre autres
: Burnay, 2013 ; Lefrançois, 2012). Cependant, si l’âge y est envisagé comme une catégorie du parcours, il est rarement étudié en tant qu’objet de l’activité de ceux et celles qui encadrent des passages d’âge. Ainsi, peu d’espaces scientifiques proposent de mettre en regard le travail de celles et ceux qui accompagnent ces passages d’âge avec le parcours de vie des « accompagné.e.s ». À l’entrée de la vie, les spécialistes de l’enfance, les éducateur.trices.s, les enseignant.e.s, les animateur.trice.s (Voléry, 2014) et les médecins (Cozzi, Vinel, 2015 ) participent à encadrer l’adolescence et la jeunesse et à les amener vers l’âge adulte (Lima, 2016). Puis, au cours de la carrière, les expert.e.s en insertion/réinsertion, les gestionnaires des ressources humaines lisent les parcours des travailleur.se.s qu’ils reçoivent à l’aune de normes d’âge et des basculements vers le « trop vieux » (Burnay, 2008) ou du cantonnement dans le « trop jeune » (Boussard, 2017). Enfin, ceux et celles qui s’attèlent à accompagner le passage à la retraite (Guillemard, 2010), dans le parcours de vieillissement et jusqu’à la mort, participent à définir les critères de la vieillesse (Moulaert, 2013), ses différentes étapes (Piou, 2013 ; Moulias, Moulias et Busby, 2010) et ses modes de vie
(Loffeier, 2015).
L’âge n’étant « qu’un mot » (Bourdieu, 1984), il s’agit ici de comprendre la construction sociale des âges de la vie par/dans les mondes professionnels de trois points de vue : les catégories et passage d’âge comme enjeu pour la professionnalisation de groupes professionnels (1) et en retour, la production de ces catégories par les mêmes professionnel.le.s (2). Le troisième axe est transversal et interroge l’appropriation des catégories de vieillesse/jeunesse par les usagers et leur participation à la co-construction de ces catégories.

1. Catégories et passages d’âge comme enjeux de professionnalisation
Les politiques publiques d’encadrement de l’âge ont participé à la cristallisation de critère numérique d’âge pour délimiter les catégories d’âge adulte, jeunesse et vieillesse, mais aussi de « jeunes adultes » ou « travailleurs/chômeurs âgés ». Elles participent également à faire des passages d’âge des moments délimités voire brutaux, plutôt qu’un processus progressif. Nous proposons dans cet axe d’interroger la manière dont les catégories d’âges sont mobilisées par différentes catégories de travailleur.se.s, plus ou moins en concurrence pour faire reconnaitre leur juridiction (en tant que professionnel de tel passage ou de telle catégorie d’âge) (Abbott, 1988).

  • Qui accompagne les passages d’âge ? Dans quelles conditions est-ce considéré alors
    comme un travail, une profession ou une occupation au sens anglo-saxon ?
  • Quelles formations ou qualifications émergent (existent ou s’affirment) pour faire
    reconnaitre une expertise liée à l’accompagnement des âges ?
  • Quels types de concurrence ou de coopération existe-t-il entre quel.le.s types de
    professionnel.le.s pour faire valoir son expertise sur une catégorie/passage d’âge ?
  • Dans quelle mesure la notion de passage d’âge a-t-elle été mobilisée contre la notion de catégorie d’âge dans un éventuel conflit de juridiction (et inversement) ? Quels effets a eu l’éventuelle professionnalisation de l’accompagnement des passages d’âge sur les catégories d’âge elles-mêmes ?
  • À l’inverse, comment sont définies les catégories d’âge si elles ne sont pas prises en
    charge par des professionnel.le.s ?

    2. Construction des catégories et passage d’âge par les pratiques professionnelles
    Nous invitons ici les communicant.e.s à analyser le travail de ceux et elles qui participent dans leur pratique à catégoriser les âges et les passages d’âge : professionnel.le.s de santé, psychologues, travailleur.se.s sociaux et enseignant.e.s, ceux et celles qui accompagnent les carrières professionnelles (professionnel.le.s des ressources humaines, de l’insertion, coach…)… etc.
  • Comment sont construites les catégories d’âge par les professionnel.le.s, quels critères utilisent-ils.elles (âge chronologique, âges légaux, changements du corps, événements familiaux et professionnels, etc.) ?
  • Comment les professionnels mobilisent-ils.elles les catégories d’âge ? Comment les
    utilisent-ils.elles dans leur travail quotidien ? Ces catégories renvoient à des définitions variables selon la classe sociale et le genre des personnes accompagnées comme des professionnel.le.s : comment les professionnel.le.s puisent-ils.elles dans leur propre expérience sociale pour définir et prendre en charge les passages d’âge ? Quid de la rencontre entre les catégories professionnelles et celles des « accompagné.e.s » / bénéficiaires ?
  • Comment les professionnel.le.s font-ils.elles valoir une spécificité de l’âge qu’ils.elles
    accompagnent ou au contraire mettent-ils.elles à distance les catégories d’âge, font des ponts et mobilisent les références aux autres âges de la vie ?
  • Le développement de différents secteurs marchands visant un public d’un âge particulier, par exemple « adolescent » ou « senior », pose également question de la production d’une catégorisation dans le marketing et parmi les professionnels.
  • Enfin, la pandémie mondiale de la Covid 19 a amené à désigner tantôt les enfants comme des sources de propagation du virus, tantôt les plus âgé.e.s comme des personnes plus vulnérables à ce dernier, participant à remettre les catégories d’âge sur le devant de la scène médiatique et politique. Comment les professionnel.le.s dans ce contexte ontils/elles été amenés à repenser, déplacer, faire évoluer les catégories d’âge et les catégorisations associées aux populations accompagnées ?

    (3) Pour ces deux axes, nous invitons les communicant.e.s à s’interroger sur la participation des « usager.e.s » (des accompagné.e.s) à la définition des catégories, leur appropriation ou les stratégies de contournement de ces assignations. De même, des recherches analysant les différences entre les représentations des professionnel.le.s et l’expérience des « accompagné.e.s » et l’effet de leur confrontation seront appréciées.
    En complément de l’approche sociologique portant sur des terrains européens, nous
    encourageons notamment des contributions de chercheur.se.s investissant des terrains extra-occidentaux d’une part et des travaux historiques d’autre part pour mettre en perspective les différents usages des catégories/passage d’âge (selon quels critères sontelles définies notamment lorsqu’il n’y a pas de référence à un âge numérique ?…) et leur accompagnement.

    Bibliographie :
    Abbott, A. 1988, TheSystem of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor,
    Chicago: The University of Chicago Press.
    Bourdieu P., 1984, Questions de sociologie, Paris, Editions de Minuit
    Boussard V., 2017, « Les dispositifs de gestion de la mobilité des cadres : reproduction des inégalités de carrière et découplage organisationnel », in Ganem V., Lafuma E. et Perrin-Joly C., Interroger les nouvelles formes de gestion des ressources humaines : dispositifs de personnalisation, acteurs et effets : regard pluridisciplinaire, Toulouse, Octarès.
    Burnay N., 2013, « Aménagement des fins de carrière : entre reconfiguration des temps sociaux et transformations normatives », SociologieS. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4440
    Burnay N., 2008, « Les paradoxes de l’âge au travail », Les politiques sociales, 3 & 4:
    http://www.lespolitiquessociales.org/PDF/vieillirautravail3&42008_intro.pdf
    Chamahian A., Lefrançois C., 2012, Vivre les âges de la vie. De l’adolescence au grand
    âge, Paris, L’Harmattan.
    D. Cozzi, Vinel V., « Risky, early, controversial. Puberty in medical discourses » in Social Science and Medicine, volume 143, October 2015, pp. 287-296.
    Delalande J., 2001, La cour de récréation. Pour une anthropologie de l’enfance, Rennes, Presses universitaires de Rennes.
    Diasio N., Vinel V., 2017, Corps et préadolescence – Intime, privé, public, Rennes, Presses universitaires de Rennes.
    Galland O. 1990, « Un nouvel âge de la vie ». Revue française de sociologie, 1990, 31-4.
    pp. 529-551
    Galland O. 2011, Sociologie de jeunesse, Paris, Armand Colin.
    Guillemard A-M., 2010, Les défis du vieillissement. Age, emploi, retraite, perspectives
    internationales, Paris, Armand Colin.
    Hummel C., Mallon I., Caradec V., 2014, Vieillesses et vieillissements : Regards
    sociologiques Rennes, PUR.
    Lefrançois C., 2012, « Les chômeurs « âgés » et leur âge. Réactions individuelles à la
    catégorisation par l’âge », dans Chamahian A., Lefrançois C., Vivre les âges de la vie. De l’adolescence au grand âge, Paris, L’Harmattan, pp. 111-134.
    Lignier W., Pagis J., 2017, L’enfance de l’ordre. Comment les enfants perçoivent le monde social, Paris, Le Seuil.
    Lima L., 2016, Pauvres jeunes. Enquête au coeur de la politique sociale de jeunesse,
    Nîmes, Editions Champ social.
    Loffeier I., Panser des jambes de bois ? La vieillesse, catégorie d’existence et de travail en maison de retraite, Presses universitaires de France, Paris, 2015.
    Mauger G. 2010, « Jeunesse : essai de construction d’objet », Agora débats/jeunesses,
    56(3), 9-24
    Mauger G. 2015, Âges et générations, Paris, La Découverte.
    Mignot-Gérard S., Perrin-Joly C., F. Sarfati, N. Vezinat, 2014, Entrer dans la banque.
    Parcours et ressources sociales d’étudiants « de banlieue » en alternance. http://www.ceerecherche.fr/publications/rapport-de-recherche/entrer-dans-la- banque-par-la-voie-delalternance
    Moulaert T., 2013, « L’outplacement des 45 ans et plus en Belgique. Une tentative avortée de gouvernement à distance des fins de carrière ? », Retraite et société, 2013/1 (n° 64), p.107-131.
    Moulias, R., Moulias, S. & Busby, F. 2010, « Edito. La « bientraitance » : qu’est-ce que
    c’est ? ». Gérontologie et société, vol. 33 / 133(2), 10-21.
    Percheron A. 1991, « Police et gestion des âges », in Percheron A. et Rémond R. (Dir), Age et politique, Economica, Paris.
    Perrin-Joly C. 2013, « Faire carrière dans le transport : les différentes perspectives
    générationnelles », in Burnay N, Ertul S, Melchior JP, Parcours sociaux et nouveaux
    desseins temporels, Editions Academia-L’Harmattan, Louvain, 2013
    Piou, O., 2013. Edito. Gérontologie et société, vol. 36 / 145(2), 8-11.
    doi:10.3917/gs.145.0008.
    Sirota R., 2006, Éléments pour une sociologie de l’enfance. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.
    Van de Velde C., 2015, Sociologie des âges de la vie, Paris.
    Voléry I., 2014, « Gouverner la sortie de l’enfance par ses marges ? », Revue des sciences sociales [En ligne], 51 | 2014, URL : http://journals.openedition.org/revss/3420

    Calendrier :
    Les journées d’études auront lieu si possible en présentiel au Campus Condorcet (Aubervilliers), sinon via un système de visioconférence ou un système mixte. Les
    propositions de résumés, d’environs 400 mots (une page) doivent être transmises avant le 5 décembre à : cecile.charlap@univ-tlse2.fr
    Retour aux auteur.e.s : avant le 15 décembre.


    Comité d’organisation :
    RT 25 : Constance Perrin-Joly, IRIS / Univ. Sorbonne Paris Nord
    RT 7 : Veronika Kushtanina, LASA / Univ. Franche-Comté,
    Cécile Charlap, LISST-CERS / Univ. Toulouse II Jean Jaurès

    Comité scientifique :
    Marc Bessin, IRIS / CNRS (sous réserve)
    Nathalie Burnay, Univ. De Louvain / Namur
    Blandine Destremau, IRIS / CNRS
    Dominique Glaymann, CPN, Univ. Evry
    Thibault Moulaert, Pacte / Univ. Grenoble-Alpes
    Nadège Vezinat, Regards, Univ. Reims Champagne-Ardennes
    Virginie Vinel, LASA / Univ. Franche-Comté,
    Ingrid Volery, 2L2S, Univ. de Lorraine


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.