Auto-analyse, rapport au terrain et objectivation

Étudier un dispositif dont on a été bénéficiaire puis salarié de l’institution qui le met en œuvre

par Sanja Beronja

Mon projet de recherche de master avait pour objet les trajectoires des étudiants étrangers boursiers d’une grande école. La méthode biographique a joué un rôle central dans la conception et la réalisation de l’enquête. En effet, elle a mis en évidence les défis épistémologiques et méthodologiques liés au rapport au terrain. 

Ce rapport est marqué par une triple familiarité : celui d’une ancienne étudiante de l’établissement en question, ancienne lauréate de la bourse qui était au cœur de mon analyse, et ensuite salariée de cette école au moment de la réalisation de l’enquête.

Les premiers entretiens exploratoires ont fait ressortir l’impact de ma position personnelle et professionnelle sur l’objet de recherche initial, remettant en cause mon hypothèse initiale (I). Cette position avait à avoir avec la relecture de ma propre trajectoire sociale (II). Les entretiens m’ont enfin permis de mettre en évidence les conséquences méthodologiques de ma proximité d’avec le terrain (III).

Quand son hypothèse initiale se révèle erronée

Éprouvant un intérêt professionnel et personnel pour les dispositifs d’aide financière aux étudiants, j’ai décidé de prendre comme cas d’étude une bourse pour les étudiants étrangers de l’établissement dont je suis salariée. Cette décision reposait sur mes propres connaissances du dispositif de question, confortée par le fait qu’elle n’avait pas fait l’objet de recherche.

J’étais partie de l’idée d’analyser l’impact de la bourse octroyée par l’établissement sur le parcours et l’expérience des étudiants. Mon hypothèse était que la bourse créait un lien de reconnaissance entre les étudiants et l’institution. Cette hypothèse était nourrie par mon expérience professionnelle au sein de cette école : j’ai pu connaître les différents dispositifs d’aides financières internationales et observer comment les fondations étrangères (notamment d’Amérique du Nord) créent un sentiment de communauté parmi leurs bénéficiaires. Mon hypothèse était que c’était également le cas avec les bénéficiaires de la bourse pour les étudiants étrangers octroyée par l’établissement en question.

L’objectif initial des entretiens exploratoires était d’étudier la nature de la relation entre l’institution et les lauréats créée par la bourse. Pour ne pas influencer le discours des enquêtés, l’entretien était conçu sous forme biographique : l’idée étant de retracer le parcours des anciens étudiants lauréats et ensuite d’analyser plus en détail un éventuel lien créé par la bourse, lien qui peut prendre la forme d’un attachement, d’une reconnaissance ou d’une identification forte à l’institution de la part des anciens lauréats. Les questions exploratoires suivantes ont servi de base pour le guide d’entretien : comment la décision de partir étudier à l’étranger a-t-elle été prise ? Pourquoi en France ? Pourquoi dans cet établissement ? Quel a été leur rapport à l’établissement pendant les études ? Qu’est-ce que la bourse représentait pour eux ? Comment ces étudiants ont-ils évolué par la suite ? Quelle relation entretiennent-ils avec cet établissement aujourd’hui ?

Le guide d’entretien était composé de 4 parties : période avant les études en France (1), études en France (2), trajectoire après l’obtention du diplôme (3) et représentation de la bourse et de l’établissement dans leurs parcours (4).

Les entretiens ont eu le mérite de me faire prendre conscience des biais de mon hypothèse initiale. L’analyse des discours des enquêtés a montré que la bourse était perçue comme un instrument qui facilite l’accès à la mobilité internationale. Si les étudiants insistent sur son importance pour pouvoir partir à l’étranger, ce n’est pas la bourse en soi qui crée un lien spécifique avec l’institution. C’est plutôt les conditions d’études et le prestige associé au statut d’étudiant dudit établissement qui créent un sentiment de parcours exceptionnel et le lien avec l’institution. Par conséquent, je me suis posée la question suivante : Comment se fait-il que les propos de mes enquêtés soient aussi éloignés de mon hypothèse initiale ? Comment ai-je formulé cette hypothèse au départ ?

Cette hypothèse initiale a mis en lumière la place centrale de ma propre expérience et de mes représentations d’ancienne étudiante, lauréate et ensuite salariée de l’établissement en question. Dans la démarche réflexive que chaque chercheur est amené à conduire en amont et tout au long de sa recherche, la question des méthodes d’objectivation de sa propre trajectoire m’est apparue centrale. Les discussions avec des chercheurs, notamment ceux dont les thèmes de recherche sont proches, ainsi qu’avec la directrice de recherche est un moyen d’objectivation essentiel. Suivant l’exemple de Bourdieu (Bourdieu, 2001) et de Bizeul (Bizeul, 2003) qui, dans l’introduction de son ouvrage sur le FN, procède à une auto-analyse de sa trajectoire sociale, j’ai essayé de faire une première analyse de mon parcours pour objectiver mon rapport personnel au sujet de ma recherche.

Comprendre les facteurs d’héroïsation de sa propre trajectoire biographique

Une auto-analyse de ma trajectoire sociale a mis en lumière les éléments suivants : issue d’une famille monoparentale, j’ai été témoin du chômage de longue durée de ma mère causé par des réformes économiques entreprises en Serbie au début des années 2000. Trois éléments ont rendu possible mon accès à la mobilité internationale : en premier lieu, ma réussite scolaire et mon appétence pour les langues étrangères, stimulées par ma mère qui accordait une forte importance aux études supérieures et à la maîtrise des langues étrangères comme moyens d’atteindre une sécurité financière. En deuxième lieu, ma mobilité a été facilitée par les faibles coûts de la scolarisation dans un établissement public de la capitale considéré pourtant comme un établissement d’élite (les établissements scolaires en Serbie restent à ce jour majoritairement publics). En troisième lieu, la bourse de la grande école en question m’a permis de réaliser une mobilité internationale.

Le rôle décisif de la bourse dans ma trajectoire explique mon sentiment de reconnaissance et mon attachement fort à l’institution, qui s’est traduit également ensuite par ma position de salariée. La prise de poste dans l’institution n’est pas un cas exceptionnel dans la mesure où beaucoup de salariés sont d’anciens étudiants de l’école, expliquant eux-aussi ce choix par un « fort attachement à la maison ». 

Dans mon cas, le choix de prendre un poste dans l’institution résultait de l’abandon de mon projet initial qui était de travailler pour le ministère des affaires étrangères de mon pays (l’abandon de ce projet a eu lieu à la suite d’un stage au sein du ministère qui ne m’a pas convaincue de le poursuivre). À la fin de mes études, je m’étais retrouvée dans une situation où le projet qui avait structuré mes études tombait à l’eau. La nécessité de reconstruire un projet professionnel et de le faire vite pour pouvoir aider ma famille en Serbie m’a amenée assez « naturellement » vers mon établissement d’études. Je cherchais à travailler pour une institution qui propose un projet auquel je pouvais adhérer, et qui me procurerait également une stabilité financière et administrative, nécessaire étant donnée ma condition précaire d’étrangère (soumise à un dispositif migratoire assez contraignant). C’est dans ce contexte que j’ai pris un poste dans l’institution pour travailler sur des sujets liés à la mobilité géographique des étudiants étrangers : projet auquel j’attachais une grande valeur à cause de ma propre expérience. C’est précisément cette expérience personnelle qui a conditionné chez moi la surévaluation de la place de la bourse dans l’expérience des étudiants étrangers.

L’analyse sociologique de mon parcours m’a aussi permis de rompre avec « l’illusion biographique » d’un parcours héroïque (Bourdieu, 1986). Dans mon propre récit de vie construit au fil des années, je me plaisais à insister sur mes origines modestes et esprit de « self-made person ». S’il est vrai que j’ai eu moins de facilités que les héritiers décrits par Bourdieu et Passeron (Bourdieu et Passeron, 1964), l’analyse de ma trajectoire à l’aide de la nomenclature des professions et des catégories socioprofessionnelles de l’Insee et à l’aide du concept de capital et d’habitus de Bourdieu (Bourdieu, 1980), a fait ressortir que ma famille correspondait à la classe moyenne dotée d’un capital culturel important, en dépit d’un capital financier en chute. En effet, les différentes sortes de capital décrites par Bourdieu (Bourdieu, 1979) notamment culturel et social, m’ont permis de distinguer les ressources financières (capital financier) et le réseau (capital social) des ressources culturelles. Si ma famille était en voie de paupérisation du fait de la transition économique, elle gardait le capital culturel et le capital social comme ressources, ressources qui m’ont permis de prétendre aux études à l’étranger. Ce sont précisément les ressources culturelles transmises par ma mère qui ont défini mes dispositions (scolaire au sens de l’habitus de Bourdieu) pour les études et la réussite. Par ailleurs, j’ai pu pleinement bénéficier des avantages offerts par la vie dans une capitale, notamment de la proximité des instituts étrangers et des ambassades.

La méthode biographique m’a ainsi permis de revoir et nuancer mon récit de vie de « boursière en difficulté » qui a tout réussi par elle-même. J’ai développé ce récit lors de mon arrivée en France : aux difficultés financières qui accompagnent les étudiants des pays de l’Europe de l’Est en transition, arrivés dans un pays d’Europe du Nord, s’ajoutaient des difficultés administratives liées à la condition migratoire (séjour conditionné à l’obtention d’un titre de séjour annuel, besoin de visa pour de nombreux pays du Nord). Le troisième type de difficulté résidait dans les conditions d’accueil dans un établissement d’élite : arrivée d’un lycée public serbe, je ne disposais pas de codes culturels dont bénéficiaient les étudiants scolarisés toute leur vie dans le système scolaire français (maîtrise parfaite de français, références culturelles, méthodologie française, telle que la capacité de problématisation). L’ensemble de ces difficultés ont nourri un récit sur l’effort et le mérite comme moyens de dépasser tous ces obstacles. Le soutien financier de l’établissement en question pendant cette période de défis venait comme une sorte de récompense de mon parcours méritant et créait de fait un lien profond de reconnaissance vis-à-vis de l’établissement au sens « Ils ont reconnu mon potentiel et ont cru en moi ». Si on pousse le raisonnement plus loin, travailler pour l’institution qui a financé mes études a peut-être été aussi un moyen de rembourser la dette symbolique vis-à-vis de l’établissement.

L’objectivation de mon rapport au terrain, notamment du biais de mon projet de recherche initial, m’a amenée à reconstruire ce projet en m’intéressant davantage aux trajectoires sociales des étudiants, notamment dans leur dimension migratoire.

Familiarité avec le terrain : obstacle ou levier pour la recherche ?

Ma proximité d’avec le terrain avait également un effet sur mes relations avec les enquêtés. J’ai essayé d’adopter un rapport « neutre » en insistant sur le caractère indépendant de ma recherche,. Pourtant l’analyse des entretiens a montré que mes relations avec les enquêtés étaient empreintes d’une ambiguïté des rôles que les enquêtés m’assignaient et auxquels je me pliais en partie : rôle d’amie et de pair pour les enquêtés que j’avais connus pendant mes études, ainsi que le rôle de représentante de l’administration de l’établissement pour ceux que j’ai connus au moment de l’enquête. 

Mener des entretiens avec des enquêtés qui sont des pairs et avec qui la relation sociale dépasse le cadre de l’entretien (Platt, 1981) a constitué un défi important. Le manque de relances sur des éléments qui me semblaient évidents, notamment de la période d’études dans l’établissement, une certaine complicité avec les enquêtés (rires à la mention des notions indigènes ou des anecdotes communes) m’ont révélé ma posture d’enquêtrice qui n’assume pas complètement ce rôle mais qui se laisse aller au jeu de la conversation « habituelle » avec les enquêtés qui sont aussi des amis.

L’analyse des entretiens m’a fait constater que cette incompréhension du cadre est liée à une négociation insuffisante des conditions d’entretien au départ : la négociation a été faite par téléphone, sans support écrit. Je ne me voyais pas envoyer à un ami proche une demande écrite d’entretien, que je jugeais « trop solennelle et non naturelle ». Ce malaise est intéressant à analyser et est à lier à ma propre perception de mon manque de légitimité en tant que chercheur débutant, perception qui est accentuée par mon rapport hybride à l’institution. Quand la négociation en amont n’est pas suffisante, les enquêtés nous attribuent instinctivement une identité qui leur semble la plus familière tout au long de l’entretien (Demazière, 2008). À titre d’exemple, un enquêté qui est aussi un ami proche a essayé à plusieurs reprises de briser le cadre de l’entretien sociologique en me renvoyant des questions et en me donnant des conseils sur ma recherche. Il m’a dit à la fin de l’entretien qu’il aimerait à son tour me faire un entretien semblable parce qu’il trouvait l’exercice très intéressant. 

Un autre défi a constitué l’usage de mimiques et de gestes tout au long de l’entretien. Les gestes expressifs sont d’ailleurs fréquents dans notre communication habituelle et j’ai tendance à y répondre par des rires. Cependant, dans un entretien sociologique, la gesticulation me semblait être un moyen pour l’enquêté d’ébranler mon rôle d’enquêtrice et de me ramener à un cadre de discussion habituelle. Pour ne pas instaurer un malaise lié à la rupture de cadre habituel de nos interactions, je me sentais obligée de rire.

Enfin, mon rôle de salariée a également eu un impact sur le recueil de données. Si j’ai bien insisté sur le caractère indépendant de l’institution de cette recherche, plusieurs enquêtés ont formulé des recommandations à transmettre à la direction de l’établissement : « Il faudrait veiller à », « L’établissement devrait s’assurer que ». Ou au contraire, les enquêtés me disaient en riant : « Ça, vous ne mettez pas dans votre compte-rendu s’il vous plaît ».

Pour essayer de briser l’image d’une représentante de l’administration, j’ai insisté sur mon identité d’ancienne étudiante et boursière et ce avec des relances sous forme de : « Je vois tout à fait ce que vous voulez dire » et avec des sourires encourageants quand les propos des étudiants relataient des expériences douloureuses et critiques de l’établissement. Je me retrouvais ainsi dans une stratégie de jonglage entre mes multiples identités : si je voulais rompre le cadre habituel de l’interaction avec des enquêtés qui sont aussi des amis et pairs, je faisais exprès d’insister sur mon identité d’ancienne étudiante et boursière pour libérer la parole des enquêtés qui sont actuellement étudiants de l’établissement. En le faisant, j’espérais me rapprocher des enquêtés en faisant tomber la barrière créée par mon statut de salariée de l’établissement.

 

Lors de la retranscription des entretiens, j’étais au départ déçue par ma posture que je trouvais insuffisamment scientifique, c’est-à-dire souvent trop proche des enquêtés. En réalité, je m’étais imposé de garder une position neutre vis-à-vis de mon terrain et je croyais que cette neutralité passait par une prise de distance visible vis-à-vis des enquêtés. C’est d’autant plus prégnant que  que la tradition méthodologique ou épistémologique des sciences sociales « valorise et privilégie les discours par rapport aux pratiques, les propos réflexifs au détriment des propos plaisantés » (Mainsant, 2008, p. 100). Cependant, après une analyse approfondie des entretiens, j’ai compris que l’usage de la complicité (rires, gestes, références communes) peut être utile pour stimuler la parole de l’enquêté à condition d’être utilisé comme moyen de relance et de libération de parole. « Ainsi l’interviewer, loin d’être neutre, pourrait bien être le co-constructeur des informations spécifiques qu’il croit recueillir indépendamment de tout biais méthodologique » (Blanchet, 1989, p. 389).

L’analyse des entretiens et la rédaction du mémoire m’a montré qu’au lieu d’être un obstacle méthodologique et épistémologique, la familiarité du terrain est une dimension indissociable de la construction de l’objet de l’enquête. Si j’étais inconsciente du degré de proximité avec mon terrain, j’ai pu m’en rendre compte grâce à la méthode biographique et en tirer profit : d’une part sur le plan empirique pour négocier l’entrée sur le terrain, et d’autre part sur le plan épistémologique et méthodologique pour objectiver ma propre trajectoire et mon rapport aux enquêtés. Ceci m’a permis de revoir l’hypothèse initiale de mon enquête et de construire un nouvel objet. Mais plus encore, et ceci est le bénéfice principal que j’en tire, cela m’a permis d’abandonner l’idéal de neutralité et de trouver une force créatrice dans l’objectivation de ma position personnelle.

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

  • BIZEUL Daniel, 2003, Avec ceux du FN. Un sociologue au front national, Paris, Editions La Découverte
  • BLANCHET Alain, 1989, « Les relances de l’interviewer dans l’entretien de recherche : leurs effets sur la modalisation et la déictisation du discours de l’interviewé », In: L’année psychologique, 89, n°3. pp. 367-391.
  • BOURDIEU Pierre et PASSERON Jean Claude, 1964, Les Héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Minuit
  • BOURDIEU Pierre, 1979, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit
  • BOURDIEU Pierre, 1980, Le sens Pratique, Paris, Minuit
  • BOURDIEU Pierre, 1986, “L’illusion biographique”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 62-63, p. 69-72
  • BOURDIEU Pierre, 2001, Science de la science et réflexivité. Paris, Raisons d’agir
  • DEMAZIERE Didier, 2008, « L’entretien biographique comme interaction négociations, contre-interprétations, ajustements de sens », Langages et société, 123, n° 1, p. 15-35
  • MAINSANT Gwénaëlle, 2008, « Prendre le rire au sérieux. La plaisanterie en milieu policier », dans : éd., Les politiques de l’enquête. Paris, La Découverte, « Recherches », p. 99-120.
  • PLATT Jennifer, 1981, « On Interviewing One’s Peers », The British Journal of Sociology, 32, n°1, p. 75-91

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.