À l’écoute des voix de l’oubli

L’usage de la biographie : médecine VS ethnographie

par Gloria Frisone

Durant les dernières décennies, l’usage majeur de l’outil biographique dans la recherche qualitative en sciences sociales témoigne d’un nouvel intérêt pour l’« agentivité » des acteurs. L’anthropologie et la sociologie ont commencé à faire parler leurs sujets et à jeter une nouvelle lumière sur les histoires de vie. Inspiré par l’approche de Veena Das (2006) qui s’appuie sur les narrations afin de garantir à l’individu une sorte d’ « agentivité narrative »,  nous présentons les résultats de deux recherches ethnographiques structurées autour de la performance narrative de patients migrants d’un hôpital de Seine-Saint-Denis. En privilégiant une perspective émique qui met en avant le point de vue des sujets interpellés, notre approche ethnographique aux histoires de vie se situe en opposition avec l’approche médicale.

En général, avec tous les patients, la prise en compte médicale de l’histoire de vie s’appuie sur des données biographiques traitée à la manière de données cliniques, dans l’objectif de formuler un diagnostic. Ce qui est mis en valeur, c’est le compte rendu d’épisodes de vie suivant un ordre chronologique et logique établi par le professionnel ; cette démarche ne permet pas à l’individu de se positionner lui-même par rapport aux évènements fondamentaux ayant marqué son histoire biographique et sa subjectivité.

Plus encore, avec les patients étrangers, l’usage du biographique par la médecine s’appuie sur une analyse culturaliste, standardisée, qui ne tient pas compte du caractère proprement biographique, et donc diachronique, de la migration, au risque de méconnaitre d’une part l’engagement politique du patient en faveur d’une interprétation purement médicale des évènements tragiques qu’il a vécus et, d’autre part, l’évolution des représentations culturelles des migrants en interaction transculturelle et transgénérationnelle avec le point de vue traditionnel et le modèle médical. Surtout chez les migrants de première génération, cette interaction se réalise le plus souvent avec leurs enfants nés en France (Frisone, Couillot, 2018, p. 49).

La première recherche a été menée dans un groupe de thérapie, le Groupe Trauma, qui est actif dans le service de psychiatrie. Il s’agit d’un dispositif transculturel de soins qui prend en charge des demandeurs d’asile et des réfugiés provenant de pays très instables. La plupart de ces migrants ont subi des pratiques de violence, allant de l’emprisonnement arbitraire à la torture, pour avoir poursuivi leurs causes politiques dans leurs pays d’origine. Ce sont ces événements qu’ils racontent au cours des premières consultations au sein du Groupe Trauma, où ils reçoivent le diagnostic de traumatisme[1]. La seconde ethnographie a été menée dans le service de neurologie du même hôpital avec des patients algériens atteints de la maladie d’Alzheimer[2].

Ces deux recherches nous ont invité à mettre en avant une perspective émique, à savoir l’interprétation des faits sociaux du point de vue des sujets de recherche, à partir de leurs récits biographiques. Ces derniers mettent en valeur la subjectivité en tant que processus de construction sociale mené par le sujet. Leur usage dans le domaine des sciences sociales permet à la fois méthodologiquement et politiquement de reconsidérer la parole des personnes socialement délégitimées et de se porter à l’écoute des voix de l’oubli.

1. La performance narrative des demandeurs d’asile et réfugiés politiques victimes de torture

En ce qui concerne la première recherche que nous voulons présenter, une observation participante a été effectuée sur une série de consultations de groupe de dix patients au sein du dispositif de psychiatrie transculturelle appelé « Groupe Trauma ». Il s’agit pour la plupart de demandeurs d’asiles ou réfugiés politiques, ayant vécu des violences que les professionnels caractérisent comme des évènements traumatiques.

Sous l’influence de la nosologie psychiatrique, ces personnes reçoivent le diagnostic de postraumatic stress disorder (PTSD), ou stress post-traumatique. Dans le Groupe Trauma, la parole des demandeurs d’asile et réfugiés politiques n’est interprétée qu’au prisme des symptômes faisant référence à cette catégorie psycho-pathologique. Par conséquent, la notion diagnostique du traumatisme façonne les récits des patients, privilégiant l’herméneutique médicale. Au contraire, par le biais d’une analyse combinée des données d’observation et des dossiers des patients, notre objectif était de reconstruire leurs narrations en explorant également la dimension politique de l’événement tragique raconté par ces migrants.

Une performance de construction narrative de l’identité est mise en scène par les patients migrants. Cette performance se déroule face à une équipe de co-thérapeutes tels que des psychologues et des psychiatres de différentes origines, langues et formations, ayant été initiés à la psychothérapie transculturelle[3]. Dans ce contexte, le récit biographique se présente sous la forme d’une co-narration qui mélange l’herméneutique psychiatrique, la pratique psychanalytique et l’interprétation du patient. Bien que les thérapeutes du Groupe Trauma se préoccupent de placer le patient « au centre de la thérapie », comme ils le disent souvent, et de promouvoir l’échange transculturel, la structure de la relation thérapeutique demeure asymétrique. En définitive, la psychothérapie exerce toujours une action de pouvoir sur le sujet (Frisone, 2015, p. 318).

L’histoire d’un réfugié congolais de Brazzaville est un exemple représentatif de cette condition. Arrivé tout jeune en France pour échapper à une persécution politique que subit sa famille depuis plusieurs générations, il consulte pour la première fois à l’hôpital psychiatrique à l’âge de 18 ans. Il désire être libéré d’une impuissance sexuelle qui perturbe la représentation de sa masculinité. Au cours d’une longue prise en charge dans le Groupe Trauma, ce symptôme sera inséré dans une histoire complexe, entremêlant des facteurs sociaux, politiques, culturels et psychologiques. La montée de violence envers la famille du réfugié est déclenchée par sa relation sexuelle avec la femme d’un général au pouvoir. C’est dans ces circonstances que son cousin a été capturé et torturé par les policiers qui lui ont coupé les doigts de la main droite. Cet épisode serait à l’origine du symptôme d’impuissance sexuelle chez le réfugié.

Désir sexuel et cause politique s’entremêlent et s’influencent réciproquement. Sur le plan politique, le rapport adultérin avec la femme d’un militaire, véhicule un acte politique caché. C’est une subversion carnavalesque qui correspond à une sorte de provocation dérisoire visant non pas à renverser la structure du pouvoir dominant mais à faire émerger son illégitimité (Augé, 1977). Cependant, les co-thérapeutes décident de mettre uniquement en valeur le versant psycho-sexuel du récit. Selon leur perspective, le patient aurait été « traumatisé » par la torture du cousin tout comme s’il avait subi lui-même cette torture. Ainsi, la main mutilée du cousin représenterait le pénis du patient, comme dans un jeu de miroirs : à la base de l’impuissance sexuelle, il y aurait donc le sentiment de culpabilité pour avoir instillé contre sa propre famille la colère du militaire trahi. Pour les thérapeutes, le patient ne fait qu’user de différentes manières de parler d’une même réalité psychique, celle du traumatisme, qui n’est jamais mise en doute.

Ce cas montre à quel point, dans le contexte co-thérapeutique, l’histoire du patient, soumise à un processus de simplification et traitée comme un cas clinique corroborant la réalité du traumatisme, peut être vidée de la dimension socio-politique mobilisée par l’individu. Toute narration est rapportée à la logique psychiatrique. Les différents codes culturels utilisés par le patient pour raconter sa vie et la violence politique qu’il a subie sont réduits par les co-thérapeutes au traumatisme, alors même que ce mot n’est jamais mentionné par le patient. Ce faisant, la dimension politique et le contexte social de l’histoire du patient ne sont pas considérés par les thérapeutes comme des éléments fondamentaux du récit. Ceux-ci se penchent plutôt sur les facteurs psychiques de l’histoire pouvant confirmer leur logique psychiatrique et mettre en avant les symptômes rattachés à la catégorie diagnostique du PTSD. Plutôt que de valoriser la perspective émique de leurs patients, ils défendent a priori l’existence universelle du traumatisme.

C’est le cas d’une jeune patiente d’ethnie mandé et langue dioula qui a échappé à la guerre civile en Côte d’Ivoire avant d’arriver en France à l’âge de 17 ans. Gravement blessée et invalidée, ayant perdu toute sa famille y compris sa mère fusillée par des rebelles, elle arrive à l’hôpital pour une opération de chirurgie avant d’être adressée en psychiatrie et prise en charge par le Groupe Trauma. Elle raconte à plusieurs reprises être poursuivie par le souvenir de la guerre. Obsédée par les bruits d’explosion, les voix des soldats et les coups de feu, elle manifeste très clairement pour les psychothérapeutes tous les signes du diagnostic de PTSD. Néanmoins, lorsqu’elle décrit ses visions, elle s’arrête sur l’image d’une dame noire, une femme épouvantable qui perturbe son sommeil. Il s’agit de la même image que Frantz Fanon (1952) retrouvait souvent dans les récits de ses patients martiniquais ou des rescapés de la Guerre d’Algérie. À l’époque, le psychiatre mettait déjà en avant le poids historique de la colonisation blanche dans l’auto-dévalorisation de l’image que les noirs se font d’eux-mêmes. Et pourtant cette image est considérée par les co-thérapeutes comme un fantasme enfantin déclenché par le traumatisme, tandis que les autres visions sont perçues comme une fixation dans le souvenir de l’événement traumatique, interprété comme un symptôme révélateur du stress post-traumatique.

L’aspect politique et la complexité historique sont donc refoulés par les thérapeutes. La dimension politique de l’histoire du patient est méconnue, réduisant l’individu à sa dimension purement psychobiologique (Fassin, 2001). Le cas d’un jeune ivoirien de dix-neuf ans constitue, à ce propos, un troisième exemple extrêmement intéressant. Affilié au parti réactionnaire UFDG, il a été emprisonné par les forces militaires du Gouvernement de l’ancien président Condé. Il fait fièrement part de ses convictions politiques et de la mobilisation de son parti contre un État corrompu qui gaspille les ressources et appauvrit la population. Petit à petit, il commence à raconter les tortures qu’il a subies en prison. Mais la mémoire de ces blessures a du mal à être exprimée par la parole. Le patient n’est pas en mesure de jouer une performance narrative sans mimer par la voie du corps la torture qu’il a subie.

Le compte-rendu objectif réalisé par les thérapeutes, construit à la troisième personne, emploie des stratégies rhétoriques focalisées sur la notion psychique du traumatisme qui empêchent le patient de conquérir sa propre subjectivité. Utiliser la catégorie du traumatisme fournit cependant une manière de communiquer avec les thérapeutes et de rendre compte d’un vécu particulièrement tragique au risque de méconnaître les raisons politiques de la violence subie et de bloquer le processus de subjectivation qui découle de la narration biographique. Ainsi, le processus de subjectivation est assujetti à la valeur scientifique et thérapeutique des concepts psychanalytiques.  

2. Les narrations biographiques des migrants âgés atteints de troubles neurodégénératifs  

Dans le même hôpital en Seine-Saint-Denis, nous avons mené une deuxième recherche ethnographique, qui portait cette fois sur le vieillissement de la population d’origine algérienne, issue des vagues migratoires remontant à l’après-Guerre. Dans le cadre de cette étude, nous avons exploré plus particulièrement les récits de patients migrants atteints de troubles neurodégénératifs. Il s’agit pour la plupart de personnes venant consulter les services de dépistage de la maladie d’Alzheimer et d’autres « démences ». Parmi les dispositifs actifs dans le service de neurologie de l’hôpital mentionné plus haut, nous avons effectué une observation participante de la Consultation Mémoire, sur trente patients d’origine étrangère dont quatorze ont été interviewés par la suite. Il s’agit d’une séance au but diagnostique visant à constituer le « bilan cognitif » par le biais de tests neuropsychologiques sur les fonctions cognitives et la mémoire des patients.

Elle se décompose en trois parties. Dans la première partie, un entretien clinique est dirigé par le neuropsychologue qui pose des questions spécifiques concernant la vie des patients pour saisir l’évolution des symptômes. Les questions portent sur une série d’événements considérés comme des informations consensuelles, ordonnées chronologiquement conformément aux normes qui régissent le récit biographique ordinaire  : date et lieu de naissance, les écoles fréquentées et le diplôme obtenu, la carrière professionnelle, la retraite, les nouvelles conditions de vie liées aux problèmes de santé et au recours aux services de soins. La personne n’a pas la possibilité de choisir les souvenirs qu’elle préfère évoquer ni de suivre l’ordre qu’elle veut. Dans la situation clinique, les données biographiques font partie du bilan cognitif et nécessitent d’être standardisées comme toute autre donnée concernant le patient, telle que le bilan cognitif et les résultats des examens d’imagerie. Enfin, toutes ces informations sont utilisées par les cliniciens à l’occasion de réunions hebdomadaires visant à faire la synthèse des différentes données cliniques et à formuler une hypothèse diagnostique pour chaque patient.

Si cette démarche clinique est appliquée à tous les patients qui viennent en Consultation Mémoire, il existe des spécificités dans le rapport clinique du médecin avec les patients issus de la migration. Le contact direct avec la population étrangère particulièrement présente en Seine-Saint-Denis a amené les professionnels rencontrés à prendre en compte les différentes manières de catégoriser, décrire, ressentir et concevoir les symptômes. Leur objectif exprimé est de mettre au centre le point de vue individuel de chaque patient, qui – pour le patient migrant – véhiculerait une vision culturelle différente et parfois méconnue. Néanmoins, cet intérêt préalable à la spécificité des patients étrangers, conçus comme faisant partie d’un groupe distinct, risque de réduire ces derniers à une altérité présupposée. En premier lieu, du fait de leur langue maternelle et de leur culture d’origine perçues comme étant totalement étrangères, les neuropsychologues ont tendance à attribuer aux migrants des manières différentes de catégoriser le monde malgré les nombreuses années passées en France.  D’après eux, cela pourrait constituer un biais sur la manière de recevoir, comprendre et exécuter les tests. En deuxième lieu, les patients migrants sont considérés comme issus d’un milieu socio-économique pauvre et peu ou pas éduqué, donc moins habitués à la posture scolaire que la consultation impose.

C’est à cause de cette vision spécifique du patient migrant que la question biographique prend une place prépondérante : le neuropsychologue s’attarde davantage à parler de la vie du patient par rapport aux autres patients, en explorant surtout les souvenirs du pays d’origine, l’histoire migratoire, le contexte familial et les habitudes quotidiennes, toujours renvoyés à une vague appartenance culturelle et à une pratique religieuse présumée. Il en résulte que la prise en charge des patients migrants n’est pas exactement la même que celle des patients d’origine française. Comme les sociologues l’ont souligné, la spécificité de ces malades, souvent fragilisés par un vécu d’isolement, ne relève pas de leur culture, ni de leur religion, mais plutôt de leurs conditions socio-économiques particulièrement précaires (Warrin, 2012 ; Broussy 2013), de leur passé marqué par la pauvreté, l’isolement, le manque de réseaux sociaux et familiaux (Chauvin, Parizot, 2010, p. 280 ; O’Deye, Berot-Inard, Joseph, 2014, p. 31), de l’absence de soutien et du sentiment d’exclusion et délégitimation à la fois professionnelle et juridique (Samaoli 2011 ; Attias-Donfut, Tessier 2005 ; Bolzman, Vagni, 2015). Dans nos entretiens ethnographiques fondés sur les récits de vie, nous avons pu appréhender d’un point de vue émique les éléments biographiques fondamentaux sur lesquels les patients migrants concentrent leur attention. Ces événements concernent plus particulièrement le projet migratoire élaboré au sein de la famille.

Malgré le défaut de la mémoire, la façon de se raconter et de rendre compte de son propre vécu n’est pas dépourvue de signification. Dans ces récits, la migration représente un tournant décisif de la vie de ces individus, un point de repère fondamental qui distribue le temps avant et après cet événement, la frontière entre deux mondes, entre deux vies, entre deux identités (Leclerc-Olive, 2009). « De l’Algérie, je me suis installé ici. Je me suis installé. Je parle la langue de la France. J’ai travaillé ici. Je suis en train de vieillir ici. Voilà c’est ma deuxième patrie la France, c’est normal » dit Hamou[4], patient kabyle de 93 ans. « Je suis parti. Et petit à petit, je me suis installé. Matériellement ça a été bien pour moi. Après je me suis marié et j’ai amené ma première femme en France ». En définitive, la migration peut devenir aussi l’occasion d’établir des identités multiples qui franchissent les barrières nationales.

Cette identité transnationale sera toujours revendiquée, comme par cet homme algérien de 88 ans : « Je suis algérien parce que je suis né en Algérie. Je suis français parce que j’ai vécu en France et je ne vois pas pourquoi Jean-Pierre soit mieux que moi ». C’est le fait d’avoir expérimenté la migration et vécu en suspension entre « deux mondes », bien plus que leur appartenance culturelle perçue comme étrangère par les médecins, qui structure les interprétations multiples de l’expérience du vieillissement et de la démence. Se positionner par rapport à l’avènement de la maladie neurodégénérative nécessite un travail difficile et important d’interprétation. Ce travail herméneutique sera conditionné par les représentations du vieillissement cognitif et de la perte de la mémoire qui sont ancrées dans notre société. L’identité de l’individu est soumise au maintien de la mémoire biographique et des souvenirs partagés dans le contexte familial et social. Perdre la mémoire demande donc à l’individu et à ses proches un effort herméneutique radical pour redéfinir le sentiment de soi.

Or, dans le cas des patients migrants, ce travail herméneutique intrafamilial implique une séparation majeure entre les différentes générations : les parents qui ont vécu la migration et les enfants qui ne l’ont pas vécue. Monsieur Bouba, un vieux patient sénégalais, parle de ses enfants en faisant le lien avec sa propre expérience de jeune homme quand il était encore dans son pays : « Là-bas, les vieux avaient une vraie connaissance et ils sont respectés pour ça. Ce n’est pas la connaissance comme ici. Ce n’est pas des intellectuels qui ont fait des grandes écoles. Il n’y a pas ça dans le village. Quelle que soit la richesse, quel que soit le rôle social, le vieux est toujours important. En France, c’est différent. Chez moi, les enfants m’aiment et me respectent mais c’est pas parce que je suis le plus vieux que j’ai toujours raison. On discute aussi. Cela, c’était impossible au village ». Au sein d’une même famille, différentes représentations de la vieillesse et de la « démence » interagissent entre elles. Les enfants qui ont toujours vécu en France partagent difficilement les mêmes codes et les mêmes valeurs que leurs parents. Ainsi, la différence générationnelle s’articule autour d’une rupture transculturelle, modelée par une hybridation culturelle intrafamiliale.

Une approche ethnographique classique qui entend se rapprocher le plus possible du point de vue des individus interpellés, permet aussi de faire émerger spontanément leur subjectivité individuelle et leurs visions politiques. C’est ce que ce patient algérien fait en parlant du lien entre la colonisation et la migration de tous ses compatriotes : « Voilà la contradiction. La France a voulu faire une colonisation de peuplement donc elle a tout pris. Elle a pris notre culture, notre langue jusqu’au point que maintenant je parle le français mieux qu’un français, mais pas au même titre que lui. C’est une différence de classe qui devient importante. Ils nous ont limités. On n’a pas vu des ingénieurs ou des médecins sortir du colonialisme. Vous savez, le colonialisme c’est une injustice qui fait en sorte qu’il y a la misère. Et un homme ne peut pas supporter la misère et l’injustice à la fois ».

En revanche, le regard médical n’arrive pas à se démarquer d’un diagnostic fondé sur une vision de la culture de l’autre fantasmée. C’est ce qui empêche que les représentations, les valeurs et les interprétations de la personne à propos de sa maladie émergent à partir de son récit biographique. Or, dans les cas des patients migrants, les valeurs et les représentations ne peuvent pas se réduire à un contexte culturel précis ; leur formulation résulte plutôt d’un processus complexe de négociation entre plusieurs horizons de significations. En adoptant une perspective émique se penchant sur l’histoire de vie de l’individu, la recherche ethnographique peut au contraire rendre compte de cette complexité et de la multiplicité des références culturelles avec lesquelles le patient âgé issu de l’immigration se retrouve à interagir à l’occasion de l’émergence d’une « démence » cognitive.

3. Conclusion

Considéré comme le point névralgique de la recherche qualitative, l’outil biographique permet au chercheur d’adopter un point de vue émique et donc d’analyser en profondeur les valeurs et les représentations des acteurs. L’accent mis sur les histoires de vie transforme l’entretien ethnographique en dialogue plus libre ce qui permet aux personnes interrogées de s’exprimer, faisant émerger du récit biographique la manière de se concevoir elles-mêmes et leur subjectivité.

A contrario, le contexte institutionnalisé et standardisé de la clinique oblige les professionnels de santé à réinterpréter les expériences biographiques selon les notions techniques du savoir médical. Dans le cas du groupe de psychothérapie transculturelle avec les réfugiés politiques, les récits des patients sont réduits à la référence diagnostique qui fait appel à la notion psychiatrique de traumatisme. De même, il est demandé aux migrants âgés atteints de troubles cognitifs qui viennent en Consultation Mémoire, de raconter leur histoire en adoptant un point de vue neutre et extérieur. Dans le contexte de la clinique, la subjectivité du patient n’est pas mise au premier plan.

La parole des réfugiés politiques et des migrants malades d’Alzheimer est symboliquement chargée d’une double disqualification : en tant que voix étrangère et du fait de leur mémoire défaillante. Ce sont des voix oubliées ou, plus exactement, de véritables voix de l’oubli. Face à ces individus, le travail ethnographique qui fait ressortir de l’oubli leur parole et leurs histoires, même quand le chercheur n’entend pas adopter une posture explicitement politisée ou militante, devient un travail politique en soi.

Dans le cas des réfugiés, la standardisation du diagnostic à travers la catégorie de traumatisme risque de refouler la dimension politique de la violence subie pour privilégier l’aspect purement médical. Avec les patients âgés issus de la migration, le risque est de les réduire à une appartenance culturelle étrangère. En conclusion, les patients ayant vécu la migration pourraient profiter d’une prise en charge plus adaptée, grâce à une disposition à écouter de manière plus ouverte les narrations biographiques du patient, laissant ses valeurs personnelles ainsi que son point de vue politique émerger librement. C’est ainsi que les professionnels pourraient limiter l’impact de leurs préjugés médicalisants ou culturalistes dans la prise en charge des patients migrants.

Références bibliographiques     

ATTIAS-DONFUT C., TESSIER P.    (2005),« Santé et vieillissement des immigrés », Retraite et société, n° 46, p. 89-129.

AUGÉ Marc (1977) Pouvoirs de vie, pouvoirs de mort. Introduction à une anthropologie de la répression, Flammarion, Paris.

BOLZMAN Claudio, VAGNI Giacomo (2015), « Egalités de chance ? Une comparaison des conditions de vie des personnes des personnes âgées immigrées et “nationales” », In : Homme & Migration, n. 1309, p. 19-28.

BROUSSY Luc, 2013, L’adaptation de la société au vieillissement de sa population, Mission interministérielle Janvier 2013, France : ANNO ZERO !

DAS Veena (2006), Life and Words. Violence and the discent into the ordinary, Paperback, New York.

FANON Frantz (1952), Peau noire, masques blancs, Seuil, Paris.

FASSIN Didier (2001), « Quand le corps fait loi. La raison humanitaire dans les procédures de régulation des étrangers », Sciences sociales et santé, v. 19, n. 4, p. 5-34.

FRISONE Gloria (2015), « Lorsque le migrant devient patient. La performance narrative dans le rituel thérapeutique », L’Autre, cliniques, cultures et sociétés, v.16, n. 3, p. 315-325.

FRISONE Gloria, COUILLOT Marie-France, (2018), « Le bien-vieillir et les immigrés en Seine-Saint-Denis. Les pistes d’une enquête », v. 2, n. 80, p. 35-55.

LECLERC-OLIVE Michèle, 2009, « Enquêtes biographiques entre bifurcations et événements. Quelques réflexions épistémologiques », In : BESSIN, M, BIDART, C, GROSSETTI, M, Bifurcations. Les sciences humaines face aux ruptures et aux événements, La découverte, Paris.

O’DEYE Adrienne, BEROT-INARD Thierry, JOSEPH Vincent, 2014, In : DEYE A., « Étude sur la pérception de la santé des personnes âgées immigrées vivant en habitat social adapte », In : Cabinet ANTROPOS, Fond Européen d’Integration, COALLIA, Paris.

SAMAOLI Omar, 2011, « Viellesse des immigrés : Quelques interrogations d’actualité », In : Gérontologie et Société, n. 139, p. 67-75.

WARRIN Philippe, 2012, « Renoncement à des soins et précarité », In : BOISGUERIN Prisca (sous la dir. de), Renoncement aux soins, Drees, coll. Etudes et statistiques, Paris, p. 81-89.


[1] L’auteure a publié un compte-rendu de cette étude dans un article intitulé « Lorsque le migrant devient patient. La performance narrative dans un rituel thérapeutique », L’Autre. Cliniques, Cultures et Sociétés. Publications Transculturelles, vol. 16, n. 3, Dossier Cliniques Transculturelles 2, La pensée Sauvage, 2015, p. 315-325.

[2] Les résultats de ce travail figurent dans l’article de Gloria Frisone et Marie France Couillot : « Le bien-vieillir et les immigrés en Seine-Saint-Denis. Les pistes d’une enquête », Retraite et société, n. 80, 2018/2, p. 35-55.

[3] Dans les dernières décennies, la présence de plus en plus massive des usagers étrangers a amené les professionnels de santé à prendre en compte la dimension culturelle de la maladie pour favoriser la compliance thérapeutique avec les patients issus de la migration (Kleinman, 1980, Good, Del Vecchio, 1981). À partir d’une co-narration qu’impliquent à la fois les savoirs du migrant et des thérapeutes, la thérapie transculturelle s’inspire des techniques thérapeutiques traditionnelles, tout en adoptant une approche psychiatrique de la souffrance psychique et une épistémologie psychanalytique classique pour interpréter les événement tragiques. L’intention est de faire circuler les différentes représentations et interprétations élaborées par le groupe des thérapeutes, eux-mêmes de différentes langues et origines, dans l’intention déclarée de respecter la centralité́ du point de vue du patient et de sa subjectivité culturelle, religieuse et linguistique.

[4] Dans le respect de l’anonymat des personnes mentionnées, nous avons choisi des prénoms d’invention.

Auto-analyse, rapport au terrain et objectivation

Étudier un dispositif dont on a été bénéficiaire puis salarié de l’institution qui le met en œuvre

par Sanja Beronja

Mon projet de recherche de master avait pour objet les trajectoires des étudiants étrangers boursiers d’une grande école. La méthode biographique a joué un rôle central dans la conception et la réalisation de l’enquête. En effet, elle a mis en évidence les défis épistémologiques et méthodologiques liés au rapport au terrain. 

Ce rapport est marqué par une triple familiarité : celui d’une ancienne étudiante de l’établissement en question, ancienne lauréate de la bourse qui était au cœur de mon analyse, et ensuite salariée de cette école au moment de la réalisation de l’enquête.

Les premiers entretiens exploratoires ont fait ressortir l’impact de ma position personnelle et professionnelle sur l’objet de recherche initial, remettant en cause mon hypothèse initiale (I). Cette position avait à avoir avec la relecture de ma propre trajectoire sociale (II). Les entretiens m’ont enfin permis de mettre en évidence les conséquences méthodologiques de ma proximité d’avec le terrain (III).

Quand son hypothèse initiale se révèle erronée

Éprouvant un intérêt professionnel et personnel pour les dispositifs d’aide financière aux étudiants, j’ai décidé de prendre comme cas d’étude une bourse pour les étudiants étrangers de l’établissement dont je suis salariée. Cette décision reposait sur mes propres connaissances du dispositif de question, confortée par le fait qu’elle n’avait pas fait l’objet de recherche.

J’étais partie de l’idée d’analyser l’impact de la bourse octroyée par l’établissement sur le parcours et l’expérience des étudiants. Mon hypothèse était que la bourse créait un lien de reconnaissance entre les étudiants et l’institution. Cette hypothèse était nourrie par mon expérience professionnelle au sein de cette école : j’ai pu connaître les différents dispositifs d’aides financières internationales et observer comment les fondations étrangères (notamment d’Amérique du Nord) créent un sentiment de communauté parmi leurs bénéficiaires. Mon hypothèse était que c’était également le cas avec les bénéficiaires de la bourse pour les étudiants étrangers octroyée par l’établissement en question.

L’objectif initial des entretiens exploratoires était d’étudier la nature de la relation entre l’institution et les lauréats créée par la bourse. Pour ne pas influencer le discours des enquêtés, l’entretien était conçu sous forme biographique : l’idée étant de retracer le parcours des anciens étudiants lauréats et ensuite d’analyser plus en détail un éventuel lien créé par la bourse, lien qui peut prendre la forme d’un attachement, d’une reconnaissance ou d’une identification forte à l’institution de la part des anciens lauréats. Les questions exploratoires suivantes ont servi de base pour le guide d’entretien : comment la décision de partir étudier à l’étranger a-t-elle été prise ? Pourquoi en France ? Pourquoi dans cet établissement ? Quel a été leur rapport à l’établissement pendant les études ? Qu’est-ce que la bourse représentait pour eux ? Comment ces étudiants ont-ils évolué par la suite ? Quelle relation entretiennent-ils avec cet établissement aujourd’hui ?

Le guide d’entretien était composé de 4 parties : période avant les études en France (1), études en France (2), trajectoire après l’obtention du diplôme (3) et représentation de la bourse et de l’établissement dans leurs parcours (4).

Les entretiens ont eu le mérite de me faire prendre conscience des biais de mon hypothèse initiale. L’analyse des discours des enquêtés a montré que la bourse était perçue comme un instrument qui facilite l’accès à la mobilité internationale. Si les étudiants insistent sur son importance pour pouvoir partir à l’étranger, ce n’est pas la bourse en soi qui crée un lien spécifique avec l’institution. C’est plutôt les conditions d’études et le prestige associé au statut d’étudiant dudit établissement qui créent un sentiment de parcours exceptionnel et le lien avec l’institution. Par conséquent, je me suis posée la question suivante : Comment se fait-il que les propos de mes enquêtés soient aussi éloignés de mon hypothèse initiale ? Comment ai-je formulé cette hypothèse au départ ?

Cette hypothèse initiale a mis en lumière la place centrale de ma propre expérience et de mes représentations d’ancienne étudiante, lauréate et ensuite salariée de l’établissement en question. Dans la démarche réflexive que chaque chercheur est amené à conduire en amont et tout au long de sa recherche, la question des méthodes d’objectivation de sa propre trajectoire m’est apparue centrale. Les discussions avec des chercheurs, notamment ceux dont les thèmes de recherche sont proches, ainsi qu’avec la directrice de recherche est un moyen d’objectivation essentiel. Suivant l’exemple de Bourdieu (Bourdieu, 2001) et de Bizeul (Bizeul, 2003) qui, dans l’introduction de son ouvrage sur le FN, procède à une auto-analyse de sa trajectoire sociale, j’ai essayé de faire une première analyse de mon parcours pour objectiver mon rapport personnel au sujet de ma recherche.

Comprendre les facteurs d’héroïsation de sa propre trajectoire biographique

Une auto-analyse de ma trajectoire sociale a mis en lumière les éléments suivants : issue d’une famille monoparentale, j’ai été témoin du chômage de longue durée de ma mère causé par des réformes économiques entreprises en Serbie au début des années 2000. Trois éléments ont rendu possible mon accès à la mobilité internationale : en premier lieu, ma réussite scolaire et mon appétence pour les langues étrangères, stimulées par ma mère qui accordait une forte importance aux études supérieures et à la maîtrise des langues étrangères comme moyens d’atteindre une sécurité financière. En deuxième lieu, ma mobilité a été facilitée par les faibles coûts de la scolarisation dans un établissement public de la capitale considéré pourtant comme un établissement d’élite (les établissements scolaires en Serbie restent à ce jour majoritairement publics). En troisième lieu, la bourse de la grande école en question m’a permis de réaliser une mobilité internationale.

Le rôle décisif de la bourse dans ma trajectoire explique mon sentiment de reconnaissance et mon attachement fort à l’institution, qui s’est traduit également ensuite par ma position de salariée. La prise de poste dans l’institution n’est pas un cas exceptionnel dans la mesure où beaucoup de salariés sont d’anciens étudiants de l’école, expliquant eux-aussi ce choix par un « fort attachement à la maison ». 

Dans mon cas, le choix de prendre un poste dans l’institution résultait de l’abandon de mon projet initial qui était de travailler pour le ministère des affaires étrangères de mon pays (l’abandon de ce projet a eu lieu à la suite d’un stage au sein du ministère qui ne m’a pas convaincue de le poursuivre). À la fin de mes études, je m’étais retrouvée dans une situation où le projet qui avait structuré mes études tombait à l’eau. La nécessité de reconstruire un projet professionnel et de le faire vite pour pouvoir aider ma famille en Serbie m’a amenée assez « naturellement » vers mon établissement d’études. Je cherchais à travailler pour une institution qui propose un projet auquel je pouvais adhérer, et qui me procurerait également une stabilité financière et administrative, nécessaire étant donnée ma condition précaire d’étrangère (soumise à un dispositif migratoire assez contraignant). C’est dans ce contexte que j’ai pris un poste dans l’institution pour travailler sur des sujets liés à la mobilité géographique des étudiants étrangers : projet auquel j’attachais une grande valeur à cause de ma propre expérience. C’est précisément cette expérience personnelle qui a conditionné chez moi la surévaluation de la place de la bourse dans l’expérience des étudiants étrangers.

L’analyse sociologique de mon parcours m’a aussi permis de rompre avec « l’illusion biographique » d’un parcours héroïque (Bourdieu, 1986). Dans mon propre récit de vie construit au fil des années, je me plaisais à insister sur mes origines modestes et esprit de « self-made person ». S’il est vrai que j’ai eu moins de facilités que les héritiers décrits par Bourdieu et Passeron (Bourdieu et Passeron, 1964), l’analyse de ma trajectoire à l’aide de la nomenclature des professions et des catégories socioprofessionnelles de l’Insee et à l’aide du concept de capital et d’habitus de Bourdieu (Bourdieu, 1980), a fait ressortir que ma famille correspondait à la classe moyenne dotée d’un capital culturel important, en dépit d’un capital financier en chute. En effet, les différentes sortes de capital décrites par Bourdieu (Bourdieu, 1979) notamment culturel et social, m’ont permis de distinguer les ressources financières (capital financier) et le réseau (capital social) des ressources culturelles. Si ma famille était en voie de paupérisation du fait de la transition économique, elle gardait le capital culturel et le capital social comme ressources, ressources qui m’ont permis de prétendre aux études à l’étranger. Ce sont précisément les ressources culturelles transmises par ma mère qui ont défini mes dispositions (scolaire au sens de l’habitus de Bourdieu) pour les études et la réussite. Par ailleurs, j’ai pu pleinement bénéficier des avantages offerts par la vie dans une capitale, notamment de la proximité des instituts étrangers et des ambassades.

La méthode biographique m’a ainsi permis de revoir et nuancer mon récit de vie de « boursière en difficulté » qui a tout réussi par elle-même. J’ai développé ce récit lors de mon arrivée en France : aux difficultés financières qui accompagnent les étudiants des pays de l’Europe de l’Est en transition, arrivés dans un pays d’Europe du Nord, s’ajoutaient des difficultés administratives liées à la condition migratoire (séjour conditionné à l’obtention d’un titre de séjour annuel, besoin de visa pour de nombreux pays du Nord). Le troisième type de difficulté résidait dans les conditions d’accueil dans un établissement d’élite : arrivée d’un lycée public serbe, je ne disposais pas de codes culturels dont bénéficiaient les étudiants scolarisés toute leur vie dans le système scolaire français (maîtrise parfaite de français, références culturelles, méthodologie française, telle que la capacité de problématisation). L’ensemble de ces difficultés ont nourri un récit sur l’effort et le mérite comme moyens de dépasser tous ces obstacles. Le soutien financier de l’établissement en question pendant cette période de défis venait comme une sorte de récompense de mon parcours méritant et créait de fait un lien profond de reconnaissance vis-à-vis de l’établissement au sens « Ils ont reconnu mon potentiel et ont cru en moi ». Si on pousse le raisonnement plus loin, travailler pour l’institution qui a financé mes études a peut-être été aussi un moyen de rembourser la dette symbolique vis-à-vis de l’établissement.

L’objectivation de mon rapport au terrain, notamment du biais de mon projet de recherche initial, m’a amenée à reconstruire ce projet en m’intéressant davantage aux trajectoires sociales des étudiants, notamment dans leur dimension migratoire.

Familiarité avec le terrain : obstacle ou levier pour la recherche ?

Ma proximité d’avec le terrain avait également un effet sur mes relations avec les enquêtés. J’ai essayé d’adopter un rapport « neutre » en insistant sur le caractère indépendant de ma recherche,. Pourtant l’analyse des entretiens a montré que mes relations avec les enquêtés étaient empreintes d’une ambiguïté des rôles que les enquêtés m’assignaient et auxquels je me pliais en partie : rôle d’amie et de pair pour les enquêtés que j’avais connus pendant mes études, ainsi que le rôle de représentante de l’administration de l’établissement pour ceux que j’ai connus au moment de l’enquête. 

Mener des entretiens avec des enquêtés qui sont des pairs et avec qui la relation sociale dépasse le cadre de l’entretien (Platt, 1981) a constitué un défi important. Le manque de relances sur des éléments qui me semblaient évidents, notamment de la période d’études dans l’établissement, une certaine complicité avec les enquêtés (rires à la mention des notions indigènes ou des anecdotes communes) m’ont révélé ma posture d’enquêtrice qui n’assume pas complètement ce rôle mais qui se laisse aller au jeu de la conversation « habituelle » avec les enquêtés qui sont aussi des amis.

L’analyse des entretiens m’a fait constater que cette incompréhension du cadre est liée à une négociation insuffisante des conditions d’entretien au départ : la négociation a été faite par téléphone, sans support écrit. Je ne me voyais pas envoyer à un ami proche une demande écrite d’entretien, que je jugeais « trop solennelle et non naturelle ». Ce malaise est intéressant à analyser et est à lier à ma propre perception de mon manque de légitimité en tant que chercheur débutant, perception qui est accentuée par mon rapport hybride à l’institution. Quand la négociation en amont n’est pas suffisante, les enquêtés nous attribuent instinctivement une identité qui leur semble la plus familière tout au long de l’entretien (Demazière, 2008). À titre d’exemple, un enquêté qui est aussi un ami proche a essayé à plusieurs reprises de briser le cadre de l’entretien sociologique en me renvoyant des questions et en me donnant des conseils sur ma recherche. Il m’a dit à la fin de l’entretien qu’il aimerait à son tour me faire un entretien semblable parce qu’il trouvait l’exercice très intéressant. 

Un autre défi a constitué l’usage de mimiques et de gestes tout au long de l’entretien. Les gestes expressifs sont d’ailleurs fréquents dans notre communication habituelle et j’ai tendance à y répondre par des rires. Cependant, dans un entretien sociologique, la gesticulation me semblait être un moyen pour l’enquêté d’ébranler mon rôle d’enquêtrice et de me ramener à un cadre de discussion habituelle. Pour ne pas instaurer un malaise lié à la rupture de cadre habituel de nos interactions, je me sentais obligée de rire.

Enfin, mon rôle de salariée a également eu un impact sur le recueil de données. Si j’ai bien insisté sur le caractère indépendant de l’institution de cette recherche, plusieurs enquêtés ont formulé des recommandations à transmettre à la direction de l’établissement : « Il faudrait veiller à », « L’établissement devrait s’assurer que ». Ou au contraire, les enquêtés me disaient en riant : « Ça, vous ne mettez pas dans votre compte-rendu s’il vous plaît ».

Pour essayer de briser l’image d’une représentante de l’administration, j’ai insisté sur mon identité d’ancienne étudiante et boursière et ce avec des relances sous forme de : « Je vois tout à fait ce que vous voulez dire » et avec des sourires encourageants quand les propos des étudiants relataient des expériences douloureuses et critiques de l’établissement. Je me retrouvais ainsi dans une stratégie de jonglage entre mes multiples identités : si je voulais rompre le cadre habituel de l’interaction avec des enquêtés qui sont aussi des amis et pairs, je faisais exprès d’insister sur mon identité d’ancienne étudiante et boursière pour libérer la parole des enquêtés qui sont actuellement étudiants de l’établissement. En le faisant, j’espérais me rapprocher des enquêtés en faisant tomber la barrière créée par mon statut de salariée de l’établissement.

 

Lors de la retranscription des entretiens, j’étais au départ déçue par ma posture que je trouvais insuffisamment scientifique, c’est-à-dire souvent trop proche des enquêtés. En réalité, je m’étais imposé de garder une position neutre vis-à-vis de mon terrain et je croyais que cette neutralité passait par une prise de distance visible vis-à-vis des enquêtés. C’est d’autant plus prégnant que  que la tradition méthodologique ou épistémologique des sciences sociales « valorise et privilégie les discours par rapport aux pratiques, les propos réflexifs au détriment des propos plaisantés » (Mainsant, 2008, p. 100). Cependant, après une analyse approfondie des entretiens, j’ai compris que l’usage de la complicité (rires, gestes, références communes) peut être utile pour stimuler la parole de l’enquêté à condition d’être utilisé comme moyen de relance et de libération de parole. « Ainsi l’interviewer, loin d’être neutre, pourrait bien être le co-constructeur des informations spécifiques qu’il croit recueillir indépendamment de tout biais méthodologique » (Blanchet, 1989, p. 389).

L’analyse des entretiens et la rédaction du mémoire m’a montré qu’au lieu d’être un obstacle méthodologique et épistémologique, la familiarité du terrain est une dimension indissociable de la construction de l’objet de l’enquête. Si j’étais inconsciente du degré de proximité avec mon terrain, j’ai pu m’en rendre compte grâce à la méthode biographique et en tirer profit : d’une part sur le plan empirique pour négocier l’entrée sur le terrain, et d’autre part sur le plan épistémologique et méthodologique pour objectiver ma propre trajectoire et mon rapport aux enquêtés. Ceci m’a permis de revoir l’hypothèse initiale de mon enquête et de construire un nouvel objet. Mais plus encore, et ceci est le bénéfice principal que j’en tire, cela m’a permis d’abandonner l’idéal de neutralité et de trouver une force créatrice dans l’objectivation de ma position personnelle.

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

  • BIZEUL Daniel, 2003, Avec ceux du FN. Un sociologue au front national, Paris, Editions La Découverte
  • BLANCHET Alain, 1989, « Les relances de l’interviewer dans l’entretien de recherche : leurs effets sur la modalisation et la déictisation du discours de l’interviewé », In: L’année psychologique, 89, n°3. pp. 367-391.
  • BOURDIEU Pierre et PASSERON Jean Claude, 1964, Les Héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Minuit
  • BOURDIEU Pierre, 1979, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit
  • BOURDIEU Pierre, 1980, Le sens Pratique, Paris, Minuit
  • BOURDIEU Pierre, 1986, “L’illusion biographique”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 62-63, p. 69-72
  • BOURDIEU Pierre, 2001, Science de la science et réflexivité. Paris, Raisons d’agir
  • DEMAZIERE Didier, 2008, « L’entretien biographique comme interaction négociations, contre-interprétations, ajustements de sens », Langages et société, 123, n° 1, p. 15-35
  • MAINSANT Gwénaëlle, 2008, « Prendre le rire au sérieux. La plaisanterie en milieu policier », dans : éd., Les politiques de l’enquête. Paris, La Découverte, « Recherches », p. 99-120.
  • PLATT Jennifer, 1981, « On Interviewing One’s Peers », The British Journal of Sociology, 32, n°1, p. 75-91

Animer un atelier d’analyse textuelle : une expérience scientifique et pédagogique

par Constance Perrin-Joly

Les séminaires de recherche sont souvent vécus, en particulier par les étudiant.e.s et les jeunes chercheurs.ses, comme des espaces de mise en scène de son savoir-faire scientifique. Si les questions sont les bienvenues, elles doivent faire preuve de pertinence, démontrer la sagacité de celui ou de celle qui les pose. En accentuant le trait, on pourrait dire que ces espaces où chacun est en représentation risquent dans certains cas de manquer leur objectif pédagogique. Ils offrent certes d’autres avantages, celui de donner l’occasion d’exposer les résultats d’une recherche, de susciter des débats de haut niveau, mais ne participent qu’imparfaitement à la formation de l’apprenti.e chercheur.se, lui donnant à voir un produit fini sans s’intéresser au processus par lequel il est arrivé à cette forme. Il est ainsi assez rare de connaître le caractère contingent de certains choix, liés à des contraintes matérielles, d’expliquer les errements d’une recherche, les échecs ou les disputes dont elle fut l’objet. Si des échanges de ce type tendent toutefois à se développer, permettant aux chercheurs.ses comme à n’importe quel.le autre professionnel.le de se transmettre des « trucs et astuces », de partager son expérience pratique, il est rare d’aller jusqu’aux mécanismes mêmes de l’analyse du matériau.

C’est dans ce contexte que nous avons souhaité nous engager dans l’animation d’un atelier collaboratif dans le cadre de la formation de masterant.e.s et de doctorant.e.s. Il s’agit de démultiplier les regards sur un matériau ethnographique brut, mais ce faisant l’atelier a permis aussi de dépasser le caractère formel de la mise en scène d’un séminaire. Cette forme de travail est courante en Allemagne, mais encore peu développée en France. Certain.e.s sociologues ont cherché à développer des méthodes d’analyse spécifiques (par exemple aux récits de vie). Si en France ces tentatives sophistiquées (par ex. : Catani, Demazière et Dubar) n’ont guère fait école, c’est l’inverse qui s’est passé en Allemagne : tout un courant s’est constitué autour de l’élaboration d’une méthodologie d’analyse systématisée (par des auteurs comme Schütze, Rosenthal…). Il s’agit d’adopter une approche « reconstructive » : on reconstruit le lien entre le sens et le schéma d’action, en s’intéressant au lien entre individu et société à partir du texte (de l’interview), et non de catégories prédéterminées.

Reconstruire le sens ligne à ligne : récit de l’atelier d’analyse

Pour ce faire, un extrait de l’entretien retranscrit est présenté par l’enquêteur.trice pendant quelques minutes. Il s’agit surtout de rappeler la problématique de recherche dans laquelle cet entretien prend place, les conditions matérielles de la réalisation de l’interview (dans quelle langue, comment l’enquêté.e a-t-il.elle été contacté.e, quelle relation entretient-il.elle avec l’enquêteur.trice…). A partir de ce moment-là, le.la participant.e qui soumet l’entretien ne prend plus la parole.

Deux autres participant.e.s se proposent pour lire l’extrait proposé. Puis les animatrices reprennent la première phrase en la soumettant à l’analyse. Bien souvent, cette première phrase est une question posée par l’enquêteur.trice. Elle amène généralement un certain type de remarques qui permettent aux participant.e.s d’essayer de comprendre le cadre de l’interaction : les signes de malaise sont identifiés dans le débit apparent de la parole, les silences, les hésitations… Les participant.e.s tentent aussi éventuellement de renouer les fils avec ce qui précède (information que nous n’avons pas toujours en notre possession) pour retrouver la dynamique de l’entretien. La forme des questions amène à réfléchir à ce qu’elles induisent dans la relation enquêté.e / enquêteur.trice (quelles étaient les attentes de l’enquêteur.trice, comment oriente-t-il.elle le questionnement…). Le travail ligne à ligne permet de passer à la ligne suivante lorsque la parole semble s’épuiser, donc ici, le plus souvent, à la réponse de l’enquêté.e. Elle-même renseigne d’ores et déjà sur la manière dont ce.cette dernier.ère comprend la demande qui lui est formulée, et par conséquent vient déjà accréditer ou discréditer certaines hypothèses formulées auparavant.

Parce que le matériau de départ est limité (quelques phrases, et quelques éléments de contexte), les participant.e.s sont obligé.e.s de redonner du poids à chaque information. Ils.elles se concentrent donc sur les mots : les changements de pronoms (l’alternance nous/je/il/elle lors d’un entretien sur le partage des tâches domestiques et parentales dans un couple peut être lourd de sens), les répétitions, l’usage de certains adverbes venant appuyer tel ou tel moment d’une phrase…

Les changements de registre indiquent souvent les différents rôles sociaux par lesquels passe l’enquêté.e au sein d’un même entretien (discours relâché d’une étudiante à une autre, qui devient un discours soutenu, construit, quand l’enquêtée parle de thèmes religieux par exemple ou de sujets politiques, dans lesquels elle assume une posture d’experte). Dans certains entretiens, le passage d’une langue à une autre est aussi un indice, il renseigne sur leur usage social (dominées ou dominantes ; langue parlée en milieu scolaire, ou dans le cadre familial… ).

Favoriser des relations horizontales pour encourager la parole

Dès les 2 ou 3 premières lignes analysées, des hypothèses interprétatives émergent. C’est grâce à la discussion du groupe qu’elles vont prendre leur consistance au fur et à mesure que l’on avance dans l’analyse. Il est alors primordial que chaque membre puisse échanger le plus ouvertement possible. 
De même, les animatrices ouvraient des pistes afin d’élargir le champ des possibles au maximum et d’inviter les participant.e .s à se distancier d’une interprétation qui pouvait leur sembler « aller de soi », quitte parfois à proposer des interprétations improbables. L’objectif était de permettre aux participant.e.s d’explorer le plus largement possible les différentes hypothèses explicatives, d’ouvrir le regard. Le mot d’ordre était de débattre, d’étayer chaque point de vue, tout en respectant le point de vue de chacun. Ce n’est pas un exercice facile, et des différends ont pu traverser le groupe parce que les hypothèses sont aussi alimentées par l’expérience sociale des participant.e.s, laissant parfois affleurer des opinions, voire des prénotions opposées à celles d’autres participant.e.s. C’est particulièrement vrai lorsque les participant.e.s ne connaissent pas le sujet étudié et ne disposent pas toujours des ressources théoriques sur lesquelles appuyer leur analyse. C’est cependant précisément cette variété de points de vue au sein du collectif qui peut permettre à chacun.e d’adopter le recul nécessaire au travail scientifique.

Lors de la séance suivante, le.la participant.e qui avait réalisé l’entretien, qui avait dans les mains la totalité de celui-ci mais aussi l’ensemble des éléments de terrain et théoriques nécessaires à l’analyse, reprenait la parole pour rendre compte et justifier les pistes d’analyse qu’il.elle allait conserver. Finalement c’est lui.elle qui venait accréditer certaines hypothèses au regard de l’ensemble des données qu’il.elle avait en sa possession et de sa problématique.

La tension entre espace de parole et élaboration scientifique

Plusieurs moments de friction permettent d’identifier les apports et les limites de l’expérience de cet atelier.
Certaines séances étaient suivies de l’intervention d’un.e chercheur.e qui venait commenter la séance d’atelier à laquelle il.elle avait assisté. Si ces interventions ont été particulièrement appréciées par les étudiant.e.s car elles permettaient d’enrichir les débats par de nouvelles perspectives théoriques. Le.la chercheur.e sollicité.e pour son statut d’expert venait clore un débat resté ouvert en présentant une analyse qui pouvait être perçue comme une vérité indépassable. En effet ces moments souvent contraints par le temps arrivaient en fin de séance et donnaient assez peu la liberté de relancer le débat. Or les participant.e.s avaient auparavant parlé sans retenue, s’étaient personnellement engagé.e.s lors de l’atelier et pouvaient être gêné.e.s par l’interprétation qu’ils.elles recevaient comme un jugement de leur position sociale, ou comme une remise en cause de leur travail d’analyse. Ainsi, certain.e.s pouvaient se sentir heurté.e.s par des théorisations, mettaient en avant un rapport de domination – par exemple celui du genre – sans le croiser avec d’autres appartenances (sociales ou ethniques) et qui s’avéraient en conséquence éloigné de leur propre expérience sociale.

Le problème venait sans doute du caractère condensé de ces séances. D’un débat ouvert où chaque intervention avait autant de poids, on passait sans doute trop rapidement à une intervention scientifiquement construite et qui, de fait, hiérarchise la parole (en effet la science définit, en s’appuyant sur des règles et sur une longue tradition de recherche, ce qui est un résultat, une conclusion légitime, de ce qui n’est pas scientifique). Le retour à l’intervention scientifique classique, élaborée, si elle était très riche, pouvait aussi parfois avoir l’effet d’une douche froide sur des participant.e.s qui avaient accepté le principe de la mise à nu.

On peut analyser sans doute de la même manière l’épreuve de l’évaluation. Les participant.e.s-étudiant.e.s souhaitant valider le séminaire devaient rendre par écrit une analyse de leur entretien, comparable au compte rendu qu’ils.elles en avaient fait oralement à la suite de la séance d’atelier où les participant.e.s avaient passé au crible leur extrait. Certain.e.s, pour prolonger le fonctionnement de l’atelier, avaient décidé de rendre ce travail à deux, mettant en regard des entretiens réalisés dans des contextes et selon des problématiques différentes. Les notes reçues n’ont pas toujours satisfait les étudiant.e.s. Une étudiante a ainsi demandé à pouvoir soumettre un nouveau devoir, précisant dans son email : « J’ai du mal à comprendre la note qui m’a été attribuée (…) Je pensais avoir fourni un travail sérieux et engagé tout au long du séminaire ».

Si l’on laisse de côté des pratiques de notation différentes entre l’EHESS et les autres universités (qui explique qu’une étudiante de l’EHESS puisse considérer un 12/20 comme une sanction, là où ailleurs il s’agirait d’une note assez satisfaisante), ce qu’exprime ce message peut être interprété comme l’écart entre l’engagement personnel que demandent les séances du séminaire et l’exercice de l’évaluation. Le fonctionnement de l’atelier nécessite la participation orale de chacun, les participant.e.s osent des hypothèses, et exposent une pensée souvent encore brute, des intuitions dont certaines pourraient être jugées saugrenues par celui.celle qui a mené l’entretien et qui connaît bien mieux son terrain. Les participant.e.s mettent de côté le jugement de l’enseignant qui pour le temps de l’atelier n’a pas une position surplombante. L’évaluation finale, elle, remet les étudiant.e.s dans leur position classique, ils.elles doivent soumettre leur travail au regard d’un.e autrui plus aguerri.e, ce.cette dernier.e reprenant son rôle dans la hiérarchie scientifique. Il ne s’agit donc pas uniquement de la difficulté de passer d’un travail intermédiaire (l’analyse textuelle et toutes les pistes qu’elle ouvre) à un travail final (une problématisation de l’entretien, remis dans son contexte, et dont l’analyse vient étayer une argumentation), ou de l’écart entre le travail fourni et le résultat obtenu (la note) mais plus particulièrement ici d’un brutal changement de rôle et d’attentes. Réaliser le travail attendu nécessitait de prendre le recul nécessaire avec les séances d’atelier, de prendre le temps de prouver rigoureusement chaque hypothèse et de les raccrocher à une problématique générale, bref de rendre un « produit fini » conforme aux normes de l’écriture scientifique, ce que le calendrier universitaire et l’engagement dans le déroulement de l’atelier ne facilitait pas.

In fine, l’expérience de ce séminaire encourage ainsi la création d’espaces d’enseignements qui ne soient pas évalués sous forme de note finale. Un atelier de ce format peut venir compléter d’autres cours de la maquette pédagogique évalués sous une forme plus classique, invitant les étudiant.e.s, sous une forme d’investissement actif, à découvrir et développer des formes de travail scientifique collaboratives.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search